Argentine : deux ex-militaires condamnés pour viols aggravés de prisonnières politiques sous la dictature

Les viols ont été perpétrés sur trois prisonnières politiques dans un centre de torture de Buenos Aires sous la dictature, qui a régné en Argentine de 1976 à 1983.

La justice argentine a condamné, vendredi 13 août, à plus de 20 ans de prison deux anciens militaires reconnus coupables de « viols aggravés » sur trois prisonnières politiques dans un centre de torture de Buenos Aires sous la dictature (1976-83).

L’ancien capitaine de frégate Jorge « Tigre » Acosta, responsable du centre de détention clandestin, a été condamné à 24 ans de prison et l’ancien agent de renseignement Alberto « Gato » González à 20 ans au terme d’un procès qui s’est déroulé à huis clos à la demande des victimes. Ces peines s’ajoutent à l’emprisonnement à vie déjà prononcé à l’encontre des deux tortionnaires pour d’autres violations des droits de l’homme.

Tous deux ont été reconnus coupables de « viols aggravés » commis en réunion et réitérés à au moins dix reprises, des faits considérés comme des crimes contre l’humanité et donc imprescriptibles, jugés séparément des autres crimes de torture et d’enlèvement.

Des crimes sexuels poursuivis depuis 9 ans

L’affaire concerne des crimes commis sur trois femmes entre 1977 et 1978 à l’Ecole de mécanique de la marine (ESMA), qui abritait également une maternité clandestine où étaient organisés des vols de nouveau-nés.

« Il y a beaucoup de camarades qui, aujourd’hui encore, ne peuvent pas parler de ce qui leur a été fait, de ce qui leur est arrivé. Parce qu’elles ne comprennent pas que si elles ne s’y étaient pas soumises, elles auraient fini comme passagères d’un “vol de la mort” », a déclaré Miriam Lewin, l’une des victimes.
En Argentine, le Bureau du procureur pour les crimes contre l’humanité poursuit depuis 2012 ces crimes sexuels commis pendant la dictature.

Selon les organisations de défense des droits de l’homme, quelque 30 000 personnes ont été victimes de disparition forcée pendant la dictature argentine.

Le Monde avec AFP

Related posts

Leave a Comment