Amélioration du climat des affaires au Burkina : Le MICA et la SFI renforcent leur partenariat

Une rencontre d’échanges entre les structures techniques du ministère en charge du Commerce et la Société financière internationale, membre du Groupe de la Banque mondiale, s’est tenue ce mardi 4 mai 2021 à Ouagadougou, sous la présidence du ministre Harouna Kaboré.

Cette rencontre avait pour objectif de permettre aux participants d’échanger sur les perspectives d’un renforcement des interventions de la Société financière internationale (SFI) au profit du secteur privé à travers notamment des appuis techniques divers pour la mise en œuvre du Plan d’action prioritaire du ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (MICA). Pour ce faire, deux communications ont été développées et ont permis aux structures techniques du MICA de mieux connaître la SFI et ses instruments d’appui au secteur privé, et à la SFI de connaître davantage le département en charge du commerce, sa vision ainsi que ses axes prioritaires.

Photo de famille

Après avoir suivi avec grand intérêt la communication faite par le directeur pays de la SFI, Arnaud Ligan, le ministre Harouna Kaboré a salué la tenue de la présente rencontre qui intervient deux mois après leur première entrevue du 2 mars dernier. Aussi, il a remercié le directeur pays qui a pris son temps pour partager les informations sur la société avec les équipes techniques de son département et l’ensemble des structures d’appui au secteur privé. Cette rencontre était aussi l’occasion pour le ministre Kaboré de mettre en lumière les activités de la SFI au Burkina.

Comme action, le MICA a bénéficié de la part de la SFI et de ses partenaires, d’un accompagnement technique et financier à travers le programme « Doing Business Better in Burkina Faso » de 2006 à 2011. Les résultats de ce programme ont valu au Burkina d’être parmi les dix meilleurs réformateurs du monde, selon le rapport Doing Business 2009.

Le ministre Harouna Kaboré a remercié le directeur pays de la SFI pour son engagement renouvelé à leurs côtés

Ce partenariat s’est poursuivi avec le lancement en 2012, de la seconde phase dudit programme en plus des multiples interventions directes de la SFI au profit du secteur privé à travers une gamme de produits financiers répondant aux besoins des acteurs du monde des affaires et permettant à ces derniers de lever l’une des principales contraintes à l’investissement qu’est l’accès à des financements adaptés. « Aujourd’hui, elle nous accompagne dans notre nouveau Plan stratégique. Elle est disposée à accompagner les acteurs du secteur privé pour réaliser les projets structurants du gouvernement mais aussi dans le cadre de leurs propres projets », a annoncé le ministre Kaboré. Au titre des projets structurants du MICA, l’on peut, entre autres, citer le projet en lien avec l’amélioration du climat des affaires, le projet de renforcement du capital productif des PME, le projet d’appui à la formalisation des entreprises du secteur informel.

Les participants

Champ d’actions de la SFI

La SFI, selon le directeur pays, a été créée en 1956. Elle collabore avec des entreprises privées dans une centaine de pays et consacre son capital, son expertise et son influence à l’élimination de l’extrême pauvreté et à la promotion d’une meilleure répartition des richesses. Au Burkina, les domaines d’intervention de la SFI reposent sur trois piliers qui sont : Les infrastructures, l’agro-industrie, l’inclusion financière et santé-éducation. Elle propose une gamme de produits financiers pour les projets réalisés au niveau du secteur privé dans les pays en développement. Ces produits financiers ont été déclinés lors de la présente rencontre.

« On a parlé notamment des financements qu’on fait en fonds propre dans les entreprises privées. On a également parlé du soutien qu’on apporte. Par la mobilisation des financements, on arrive à tirer d’autres acteurs du secteur privé restés au Burkina Faso. On a aussi parlé de nos services conseils. On fait beaucoup de conseils au secteur privé et au gouvernement. Le plus récent, c’est le service conseil qu’on a offert au gouvernement sur le partenariat public-privé. Ce cadre du partenariat public-privé sera effectif sous peu », a résumé le directeur pays de la SFI, Arnaud Ligan.

Le directeur pays de la SFI

Cette rencontre d’échanges a permis de poser les bases d’un nouveau partenariat en vue de mettre en place un cadre propice à l’émergence d’un secteur privé burkinabè créateur de richesses et d’emplois durables. « On a convenu avec le ministre de maintenir le dialogue et de continuer à avancer par une approche projets concrets par lesquels on va essayer d’identifier ensemble les projets dans lesquels SFI pourrait éventuellement intervenir soit en investissement direct ou peut-être du conseil pour avoir des investissements », a laissé entendre le directeur pays de SFI.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment