Affaire « Mosquée de Panzani » : Eddie Komboigo craint qu’on ne replonge dans une autre crise

Le gouvernement a tranché définitivement sur la crise née de la destruction de la mosquée de Panzani, un quartier de Ouagadougou. En effet, le gouvernement, dans un communiqué daté du 6 mai 2021, a attribué le terrain litigieux à la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB). Cette décision de l’exécutif ne semble pas faire l’unanimité. Le chef de file de l’opposition (CFOP), Eddie Komboigo, pour sa part, reste sceptique. Pour lui, cela peut conduire à une autre crise.

La Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB) est désormais propriétaire du terrain litigieux dans le quartier Panzani, dans l’arrondissement n°9 de Ouagadougou. Quant à l’attributaire légal dudit terrain, Jacques Ouédraogo, une autre parcelle lui sera trouvée « en guise de compassion ». Ces informations ont été rendues publique à travers un communiqué du gouvernement daté du 6 mai 2021. Cette décision du gouvernement ne semble pas faire le consensus au sein de l’opinion. En tout cas pour le chef de file de l’opposition politique burkinabè (CFOP), Eddie Komboigo, cette décision porte des gènes conflictuels.

Le gouvernement, a-t-il dit, devrait gérer cela autrement. « Il pourrait par exemple attribuer le terrain à la construction d’une école et à tout autre chose. Ce que nous, nous craignions, c’est que le gouvernement ne se mette en porte-à-faux avec les juridictions nationales car une décision de justice avait déjà été dite », a-t-il déploré.

Il a tout de même rassuré qu’il ne se range pas du coté de l’attributaire légal, mais a ajouté que quand la justice tranche, il faut respecter la décision. « Nous ne remettons pas en cause l’utilité de la FAIB, ni de la communauté musulmane. S’il y a eu des échanges avec le désormais ex propriétaire et qu’il a donné son accord, c’est tant mieux. Si ce n’est pas le cas, nous craignions qu’on ne replonge dans une autre crise », s’est-il inquiété.

En rappel, le gouvernement burkinabè avait désapprouvé la destruction de la mosquée du quartier Panzani, dans l’arrondissement n°9 de Ouagadougou, suite à un litige foncier opposant les fidèles de ce lieu de culte à un particulier. Le 7 octobre 2020, le porte-parole du gouvernement d’alors, Rémis Fulgance Dandjinou, avait déclaré qu’une procédure avait été engagée pour le retrait des titres de propriété au profit de l’Etat.
Obissa Juste MIEN
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment