Affaire « ministres burkinabé invités à la modération au Sénégal » : Simon Compaoré avertit et lance un appel à preuves

Dans sa parution du vendredi 7 au dimanche 9 mai 2021 (N°10 342), le quotidien L’Observateur Paalga expliquait que malgré le contexte national difficile, « certains grands commis de l’Etat se comportent en princes de la République par leur appétence pour le confort matériel indu ».

Le journal tient pour illustration, une course effrénée à l’acquisition de biens immobiliers ; aussi bien dans certaines capitales de la sous-région qu’en Europe et même dans certains Etats arabes.

« Cher Wambi, j’ai appris qu’en l’espèce, les autorités sénégalaises ont finalement appelé certains de nos ministres à la modération et à la discrétion. Pendant ce temps, d’autres encore, par le truchement de prête-noms et autres subterfuges, sont devenus de richissimes hommes d’affaires qui s’adjugent de gros marchés publics et s’offrent des véhicules dont le niveau de sécurité tutoie celui des chefs d’État. Même dans les secteurs de la Sécurité et de la Défense, les gens se gavent littéralement sans la moindre pudeur », révélait le doyen des quotidiens privés dans sa rubrique Une Lettre pour Laye.

Réagissant à la révélation au cours d’une conférence de presse du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, parti au pouvoir, dont il est le président), ce lundi 17 mai 2021, Simon Compaoré s’est montré ’’stupéfait’’ par l’information. Il dit avoir été tenté d’aller demander plus de détails (identité des auteurs) au journal, pour permettre au parti de « faire ce qu’il a à faire ».

« Personnellement, jusqu’à l’heure où je vous parle, je n’ai pas d’éléments. Si le parti a des éléments, il passe à l’action », a rétorqué M. Compaoré à cette question d’un confrère sur le sujet.

Le président du MPP lance, à demi-mot, un appel à toute personne ayant donc des éléments de preuve à aider à élucider le sujet, pour permettre de prendre les mesures adéquates (sanctionner, si cela est avéré).

« Notre parti rassemble des camarades qui veulent faire avancer l’histoire, pas ceux qui veulent la faire reculer », crache Simon Compaoré.

O.L
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment