Accès à l’eau potable : Le Premier ministre et le ministre de l’Eau sont-ils à l’écoute des citoyens ?

Christophe Dabiré a fait la synthèse de l’ensemble des politiques publiques que déroule son gouvernement pour le bien-être des Burkinabè.
Dans le secteur de l’eau, c’est toujours la promesse « zéro corvée d’eau » qui reste la référence des actions du gouvernement en matière d’accès à l’eau potable pour les populations. Dans son discours, ce dernier reste convaincu que les actions du gouvernement ont amélioré l’accès des populations à l’eau potable.
Chiffre à l’appui – le taux d’accès à l’eau potable est passé de 72,4 % en 2016 à 76, 4% en 2020.

Pour le commun des citoyens, difficile de comprendre le sens de ces chiffres. A Kaya, des secteurs manquent d’eau potable. Des quartiers peuvent passer des semaines sans une goutte d’eau.

A Nagrin à Ouaga, l’eau est une ressource rare. Depuis juin 2020, les abonnés de l’Onea vivent un cauchemar avec des factures aux montants ahurissants.
A Djibo, en 2019, c’est une citerne remplie d’eau qui a dû ravitailler les populations.
Combien de forages parmi ceux construits ou réhabilités ne fonctionnent presque plus.

Des centres de santé qui manquent d’eau. Mais rien de tout cela ne ressort dans la situation de la nation présentée par le Premier Ministre.
Bref ! Espérons que notre Premier ministre est au courant de la réalité des citoyens qui ne se traduisent pas dans les taux d’accès actuels.

Bassératou K.

Related posts

Leave a Comment