universite-ouaga-2-l-ufr-st-et-une-cite-universitaire-disponible-dans-18-mois_5a64ff2ed9b7d_l250_h250Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a officiellement lancé, le vendredi 19 janvier 2018, les travaux de construction et d’équipement de l’Unité de formation et de recherches en sciences et techniques (UFR/ST) et d’une cité universitaire à l’Université Ouaga 2. D’un coût d’environ 17,5 milliards de F CFA, les travaux seront exécutés dans un délai de 18 mois.

C’est sur un site de près de 300 ha que les infrastructures de l’Unité de formation et de recherches en sciences et techniques (UFR/ST) et de la cité universitaire seront bâties à l’Université Ouaga 2 (UO2). Le projet est reparti en deux zones dont la première abritera trois immeubles d’hébergement de type R+3 avec un niveau technique chacun, d’une capacité de 1500 lits et un restaurant de 800 places extensible à 1 000 places. A cela s’ajoute, un foyer de 250 places, un centre multimédia de 150 places, trois parkings à deux roues, deux parkings pour quatre roues, cinq latrines, deux clôtures, des locaux annexes dont vingt appâtâmes et des aménagements extérieurs. La seconde zone réservée aux UFR comprendra un immeuble administratif de type R+2 de 2 400 étudiants et 24 bureaux de professeurs, trois latrines, des locaux annexes et des aménagements extérieurs. D’un coût de 9,6 milliards de F CFA, le lot 1 sera exécuté par Al Qasab/Suzy construction et le lot 2 par CGC Totgo à 7,86 milliards de F CFA. Débutés depuis octobre 2017 pour un délai d’exécution de 18 mois, les travaux financés par la Banque arabe pour le développement international (BADEA), le Fonds de l’OPEP pour le développement international (OFID) et l’Etat burkinabè, ont été officiellement lancés, le vendredi 19 janvier 2018 par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.
Au nom des populations, villages et communes de Saaba et Loumbila sur lesquels le projet est situé à cheval, le maire de Saaba, et le représentant des chefs coutumiers ont salué la construction de ces infrastructures qui favoriseront le développement d’activités génératrices de revenus au profit des populations. Toutefois, les représentants de ces populations ont sollicité l’aménagement d’une portion de la superficie de l’université à leur profit, préoccupation qui avait d’ailleurs entrainé leur opposition à l’occupation du site. Pour sa part, le président de l’UO2,  créée en 2007, le Pr Stanislas Ouaro, s’est réjoui du fait que la construction de cette UFR et des infrastructures sociales permettra le désengorgement de l’UO1 Pr Joseph-Ki-Zerbo et la contribution à la résolution des problèmes de formation et de recherches au Burkina Faso. «Ces ouvrages à construire permettront à l’UO2 de lancer des formations dans les domaines de la science, de la technologie, de l’ingénierie et de l’enseignement des mathématiques», a-t-il noté.

Des infrastructures de qualité

L’autre acquis, a dit le Pr Ouaro, est le démarrage effectif d’activités pédagogiques et administratives sur le site après réception de ces infrastructures qui accompagneront les structures déjà existantes. Déjà, il a souhaité la résolution des difficultés rencontrées dans l’occupation du site notamment la procédure d’expropriation pour cause d’utilité publique, la difficulté de déménagement sur le site liée au manque de moyens à mobiliser et le risque de développement anarchique d’activités incompatibles avec les activités de l’université.
Le directeur général de la BADEA, le Dr Sidi Ould Tah, a confié que cet appui de sa banque et de l’OPEP vise à appuyer des recherches pratiques sur des problématiques locales, en vue de favoriser des solutions innovantes adaptées aux besoins spécifiques du pays. Le ministre en charge de l’enseignement supérieur, le Pr Alkassoum Maïga, a,  quant à lui, signifié que ce projet élargira le portefeuille de formation académique de l’UO2 et améliorera les qualités de vie et d’études de ses étudiants avec le démarrage effectif des cours sur le site au terme des travaux. Il a interpellé les bureaux d’étude et les entreprises à imprimer une rigueur dans la conduite, le suivi et le contrôle des travaux. Pour sa part, Jean Urbain Korsaga, le responsable de AGEM développement, une agence de maîtrise d’ouvrage délégué, a promis des infrastructures de qualité et livrables dans les délais. Son entreprise est chargée de la réalisation du restaurant de 700 places et de la construction d’un centre médical de 70 lits et de quatre amphithéâtres de 4 000 places.

Jean-Marie TOE & Yéri Yvette POODA
(Stagiaire)

« Un jour très important» pour le chef de l’Etat « 

«Aujourd’hui, c’est un jour très important pour nous. Je voudrais d’entrée de jeu, saluer et remercier l’action de la BADEA pour ce financement qu’ils nous apportent pour la construction des infrastructures universitaires. L’université est une construction, une extension permanente. La construction de l’UFR/ST à l’université Ouaga 2 est un événement important pour les étudiants. L’idée est de désengorger l’Université Ouaga 1 Pr Joseph-Ki-Zerbo et comme l’a dit le président de l’UO2, il existe des questions préalables pour permettre ce désengorgement. Je voudrais le rassurer qu’une fois qu’ils déposeront le rapport de ces questions, nous prendrons des dispositions pour que cela soit effectivement mis en œuvre. Le second volet que je voulais noter, c’est de saluer et remercier les autorités coutumières qui ont accepté céder leurs terres pour que nous puissions construire cette université. Nous avons pris bonne note de leur préoccupation qui consiste à dire qu’il est important que le gouvernement fasse quelque chose aussi bien pour la commune de Saaba que celle de Loumbila. Nous verrons avec eux, de façon pratique, de quoi cela retourne et nous ferons en sorte d’apporter des solutions aux préoccupations qu’ils ont posées.
Avec la signature de la convention de construction d’une autre UFR/ST et d’une cité à Koudougou, il faut dire que nos relations sont exemplaires avec la BADEA. Je souhaite donc qu’elle continue de nous appuyer pour le développement du monde universitaire, le renforcement des conditions d’étude. J’espère que dans les délais prescrits, nous pourront revenir ici pour inaugurer ces travaux ».

Propos recueillis par JMT
http://www.sidwaya.bf/

This Post Has Been Viewed 118 Times