diabreZéphirin Diabré et ses camarades comptent organiser le 29 avril prochain un meeting à Ouagadougou pour dénoncer un certain nombre de maux. Pour l’opposition, il « fallait laisser un temps minimal à nos dirigeants pour qu’ils fassent leurs preuves ». Cependant, «plus d’une année a passé depuis leur arrivée au pouvoir. Ils ont montré ce qu’ils pouvaient montrer. Et les Burkinabè ont vu tout ce qu’il y avait à voir. Des problèmes des burkinabè continuent d’empirer »

Selon l’opposition « rien ne va au Burkina Faso ». « Les jeunes sont au chômage, les femmes continuent de se chercher, les commerçants tirent toujours la langue parce que rien ne s’achète, l’insécurité s’aggrave, les terroristes continuent de nous narguer, les soins de santé continuent d’être un cauchemar pour les familles, les élèves et étudiants se plaignent amèrement de leurs conditions de vie et d’étude, l’économie est toujours en panne, la justice est instrumentalisée pour des règlements de comptes, etc..  » a indiqué Zéphirin Diabré jeudi matin à Ouagadougou.

« A cela s’ajoutent les maux qui ont conduit notre pays en insurrection, qui nous ont amené à la place de la révolution accompagnés des dirigeants actuels du pays. Des maux qui n’ont nullement disparu : la corruption est plus présente plus que jamais. Les marchés de gré à gré sont distribués aux hommes d’affaires qui financent le MPP. La politisation de l’administration est maintenant devenue une politique officielle. Ce que nous disons est tellement vrai que même les membres de la Majorité ne se gênent plus pour le dire à haute et inéligible voix dans les médias, ou dans dans l’hémicycle de l’Assemblé nationale » a ajouté le chef de file de l’opposition.

 

Lamine TRAORE

 

Radio Oméga

This Post Has Been Viewed 291 Times