Le Samedi 24 Septembre 2016, le chef du gouvernement Paul Kaba Thiéba effectuait sa première sortie dans la région du sud-ouest. A l’occasion il a animé une conférence sur le plan national de développement économique et social (PNDES). Une des préoccupations soumises au premier ministre lors des échanges est l’absence de spécialiste en chirurgie et en gynécologie. En guise de réponse Paul Kaba Thiéba déclarait qu’il enverrait dans l’immédiat ces deux spécialistes dès qu’il rentre à Ouaga. Depuis lors, silence radio et les populations attendent toujours. Lisez plutôt.

 

Mme Kouraogo Da Séraphine. Cinq mois aujourd’hui, moi je ne crois plus. On est fatigué des promesses. Nous on n’est pas du tout content. Le sud-ouest est une grande région mais il n’y a pas de spécialistes en chirurgie ni en gynécologie. Les femmes souffrent beaucoup mais on va faire comment. On prie que Dieu parle à nos autorités pour qu’ils sachent que nous les femmes de Gaoua on souffre.

Sié Roger Youl, juriste de formation et conseiller municipal au secteur 2 de Gaoua

Je ne suis pas totalement déçu mais je nourris l’espoir que cela va se réaliser dans les prochains jours. Ce qui fait la déception c’est le fait de promettre que cela se fera dans l’immédiat. Je me dis également que si ce n’est pas encore fait, cela serait dû au calendrier chargé du Premier ministre du fait des conférences qu’il animait dans les différentes régions dans le cadre du PNDES.


Dabaré Djénéba :


On attend toujours et on espère que le premier Ministre tiendra parole même si ça met du temps. Depuis septembre qu’il a animé la conférence c’a énormément mis du temps. Nous les femmes souffrons beaucoup et la venue d’un gynécologue nous soulagera.

Etienne Vokité Pooda membre du comité d’organisation de la conférence sur le PNDES :

La venue d’un gynécologue et d’un chirurgien était l’une des promesses alléchantes que le Premier Ministre nous avait faites. Le hic pour moi c’est le fait qu’il avait promis que dès qu’il rentre à Ouaga cette question sera résolue. Cependant je voudrais qu’il sache que nous n’avons pas oublié et que nous attendons impatiemment. En effet, l’affectation de ces deux spécialistes fera du bien aux populations de la région du sud-ouest.

Maïmouna palenfo coordinatrice communale des femmes :

Cinq mois sans aucune bonne nouvelle. On attend toujours, on est dans l’impatience. Je lance ce cri de cœur au Premier ministre, on ne se lassera pas de rappeler aux autorités ce qu’ils nous ont promis.

Dalou Mathieu Da correspondant régional
Lefaso.net