basile-guissou-juillet-2010_lightboxLa vie se déroule selon un processus marqué par de grandes étapes et les humains ont pour coutume de célébrer ces moments historiques. C’est en général l’occasion pour eux de jeter un regard rétrospectif sur le parcours du temps, afin d’évaluer leurs œuvres passées, présentes et à venir.
Le 21 juin 1978, voici 40 ans, naissait au sein de la Sous-section de l’Association des Etudiants Voltaïques en France (AEVF), un soulèvement qui se transformera en un mouvement d’émancipation dénommé Mouvement du 21 juin (M21). 
Du fait de la justesse des idées promues, ce mouvement s’étendra par la suite à la majorité des étudiants organisés au sein de l’Union Générale des Etudiants Voltaïques (UGEV) affranchissant ainsi cette frange de la jeunesse que nous étions, des idées et des pratiques erronées. 
Le M21 donc s’est insurgé et a sonné le rassemblement de la majorité des étudiants de l’AEVF, de l’Association des Etudiants Voltaïques en Union Soviétique (AEVUS), de l’Association des Scolaires Voltaïques de Dakar (ASV) et de l’Association des Etudiants de Ouagadougou (AEVO), du Togo ( AEVT), l’Association des Etudiants Voltaïques au Niger (AEVN), etc.
La pratique du terrorisme intellectuel qui avait cours à cette époque, créait un climat de peur et de frayeur permanentes à la faveur d’une ligne de démarcation entre étudiants militants et étudiants non militants dits « carriéristes » et « réactionnaires ». Tout cela conduisait à une bureaucratisation des structures et un sectarisme outrancier (« style. de vie anti-impérialiste »). 
Le Mouvement du 21 Juin combattit fermement ces méthodes et pratiques d’embrigadement procédant ainsi à la démocratisation et à la libération de la pensée, des consciences et des énergies physiques, morales et intellectuelles, 
Sur un autre plan, le Mouvement du 21Juin 1978 a été d’un apport théorique et politique important au sein du mouvement étudiant.
Sur le plan politique, il réorienta le mouvement étudiant en définissant sa nature et son rôle qui ne pouvaient en aucun cas le positionner comme le dirigeant de la lutte du peuple.
Sur le plan théorique, il s’appropria le concept et la vision de l’indépendance des Etats Africains définie comme une indépendance politique du fait de la rupture du lien colonial, d’où la définition de l’étape de la lutte de notre peuple en termes de Révolution Démocratique et Populaire et ses tâches essentielles. 
Le Mouvement du 21Juin, en lançant cette bataille de la démocratisation, a promu au sein du mouvement estudiantin, une orientation et une conscience claire de sa contribution à la lutte pour la consolidation de l’indépendance et le progrès économique et social de notre Peuple. De la sorte, il réussit à faire triompher la lumière, la liberté de pensée et la pluralité des points de vue contre la pensée unique.
C’est cette victoire de la Liberté et de la Démocratie, cette ouverture d’esprit, qui a permis une large adhésion des intellectuels, des étudiants et de la jeunesse à l’agitation et la propagande des idées révolutionnaires entreprises par les diverses forces politiques, militaires et civiles qui conduisirent à la maturation des conditions subjectives et objectives de la Révolution ; c’est-à-dire que « ceux d’en bas ne voulaient plus être gouvernés comme avant et ceux d’en haut ne pouvaient plus gouverner comme avant » ; l’organisation des masses et l’accentuation de leur misère et leur détresse ont fait le reste. Ainsi naquit la Révolution du 4 Août 1983, sous la Direction du Conseil National de la Révolution (CNR) dont les hauts faits ont suscité l’admiration et le respect des Peuples à travers le monde. Thomas Sankara, leader charismatique de cette épopée, fait partie aujourd’hui du panthéon des grands révolutionnaires du 20ème siècle. 
La contribution de la RDP aux conquêtes démocratiques (Droits à l’Education, à la Santé, à la Nourriture, au Transport, au Logement etc.) de notre Peuple est aujourd’hui reconnue par tous. La mise en œuvre de son Programme économique, politique, social et culturel, en seulement 4 (quatre) ans, a impacté durablement la construction de notre Nation et la vie de tous. Outre la fierté retrouvée et la confiance en un avenir meilleur de notre Peuple ainsi qu’une audience internationale affirmée de notre Pays, nous citerons : les Comités de Défense de la Révolution (CDR), les Tribunaux Populaires de la Révolution (TPR), le Programme Populaire de Développement (PPD), la Réforme de l’Administration, les Cités du 4 Août, les lotissements de masse, les Trois Luttes, la Semaine Nationale de la Culture (SNC), le Salon International de l’Artisanat de Ouagadougou (SIAO), l’internationalisation du Festival Panafricain du Cinéma (FESPACO), la Vaccination Commando, la Bataille du Rail, etc.
Toutes ces actions, évènements et réalisations ont fait faire à notre pays un grand pas.
Quarante années après ce cheminement dans le dédale tortueux de la vie et des vicissitudes de la politique, n’est-ce pas un exploit et une chance que de se retrouver pour célébrer ce jubilé d’émeraude par-delà notre diversité politique, professionnelle, sociale et culturelle ?
Ces retrouvailles nous permettent de constater que la vie nous a privilégiés, car plusieurs d’entre nous ont été privés de cette possibilité, parce qu’arrachés au monde des vivants. Le tout dernier est bien Valère Dieudonné Somé décédé le 31 Mai 2017, camarade dont la plume nous manquera certainement. Tous ces disparus restent dans nos cœurs et dans nos esprits et en ces moments de forte émotion, nous leur adressons à chacun, une profonde et amicale pensée pieuse.
Cette occasion nous permet aussi de nous interroger sur la qualité et la valeur des idées que nous professions ainsi que le regard que nous en avons aujourd’hui. Ne devrions-nous pas alors, laisser un héritage utile aux générations montantes en écrivant l’histoire de ces moments avec à l’esprit le maximum d’objectivité ? L’histoire en effet est le développement continu de la pensée et de l’action. L’opportunité de cette rencontre nous permettra aussi de nous interroger sur le devenir de notre pays face aux défis des temps nouveaux comme devrait le faire tout patriote consciencieux. 
Pour cela, nous lançons un appel à tous les anciens du Mouvement du 21 juin 1978 ainsi qu’à tous ceux qui le désirent et qui ont vécu de près ou de loin ces moments historiques, afin qu’ils participent de la manière qu’ils choisiront, à cette œuvre dont le produit final sera présenté le 21 Juin 2019.
Afin de ne pas s’enfermer dans une réflexion et un regard purement nostalgiques sur ce passé, toutes les perspectives de travail et d’action peuvent être envisagées et seront les bienvenues. 
Vive la lutte pour la Démocratie, le Progrès et l’Emancipation du Peuple Burkinabè !
Vive la lutte des Peuples d’Afrique et du monde !
Ouagadougou le 21 juin 2018
Joyeux anniversaire à tous.

Le Comité d’initiative

Alain Coefé 
Basile Guissou
Louise Dondassé
André Moise Traoré-Nignan
Firmin D Diallo

http://zoodomail.com/