phonesssEn Afrique, les internautes paient les données mobiles plus cher qu’ailleurs. Les disparités de tarifs de l’internet mobile sont abyssales, atteignant jusqu’à plus de 30 euros pour un giga en Guinée équatoriale. Outre le niveau d’infrastructures, c’est aussi le manque de concurrence qui est en cause, selon deux études parues en septembre. Analyse.

Le prix médian d’un giga de données mobiles s’élève à plus de 7 dollars (5,96 euros) en Afrique subsaharienne, là où il est de 3,5 euros au sein de l’Union européenne. Et, alors que les Nations unies fixent pour objectif de parvenir à un coût du giga inférieur à 2 % du revenu mensuel par habitant, il est actuellement de 8,8 % sur le continent…

Le constat dressé l’analyse publiée le 10 septembre dernier par Ecobank est sans appel. En valeur absolue, les tarifs pratiqués par les opérateurs du continent sont très élevés. En outre, ce prix médian déjà élevé cache des disparités abyssales, avec un pic en Guinée équatoriale, où les utilisateurs de mobiles paient le giga de données 35,5 dollars. Par rapport au reste du continent, on trouve les tarifs les plus élevés au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac).

Au contraire, c’est en Afrique de l’Est que l’on trouve les tarifs les plus bas, avec un giga de données mobiles coûtant 5,99 dollars (environ 5,1 euros) en Éthiopie, 4,39 dollars (3,7 euros) en Tanzanie, 3,87 dollars (3,3 euros) au Burundi, 3,35 dollars (3,35 euros) au Kenya et 2,33 dollars (1,98 euros) au Rwanda.7

Lire la suite