Zuckerberg-facebook-620Business : C’était sa grande résolution 2018 : réparer Facebook. Mark Zuckerberg doit bien avouer à présent qu’il faudra plus qu’une année pour y parvenir. La faute à de « difficiles » compromis.

Zuckerberg a reconnu en fin de semaine dernière sur Facebook que « réparer » le réseau social est « au moins un projet de trois ans » ,qui se poursuivra donc jusqu’en 2019. Que les utilisateurs se rassurent (ou pas), le fondateur estime que l’entreprise devrait « finir cette année sur une trajectoire nettement meilleure que lorsque nous y sommes entrés. »

De simples promesses ? Zuckerberg précise qu’il écrira une série de billets expliquant comment il souhaite aborder les nombreux problèmes de Facebook. Face à la défiance exprimée par les utilisateurs et les politiques, le réseau social se doit d’apporter de solides gages.

L’amour dure trois ans

2018 restera une année compliquée dans l’histoire de Facebook et de son fondateur : scandale Cambridge Analytica, diffusion de fausses informations, ingérence de la Russie lors de l’élection présidentielle de 2016, etc.

La directrice des opérations de Facebook, Sheryl Sandberg, a comparu la semaine dernière devant le Congrès pour répondre aux questions des élus américains. Plus tôt dans l’année, c’est le PDG lui-même qui avait dû se présenter devant le Congrès.

Depuis le début de 2018, Zuckerberg s’efforce de rétablir la confiance et de communiquer sur les initiatives prises par l’entreprise, et lui-même, pour remédier aux problèmes de Facebook. En août 2017, il dénonçait, avant leur fermeture, des groupes favorisant les discours de haine.

« Bien que beaucoup de ces tâches consistent simplement à mieux faire notre travail – identifier les problèmes plus rapidement, commettre moins d’erreurs, etc. -, beaucoup de décisions difficiles impliquent des compromis ardus entre les principes auxquels nous sommes profondément attachés » reconnaît Zuckerberg.

« Par exemple, donner la parole aux gens est au cœur de notre mission. Mais nous avons également la responsabilité de veiller à la sécurité des personnes. » Encourager l’utilisation et l’engagement sur la plateforme a un prix et le réseau ne peut plus cyniquement feindre de l’ignorer, et que seule la fin importe.

https://www.zdnet.fr/