Quatre formations politiques membres de la mouvance présidentielle au Burkina, dont l’Alliance des Jeunes pour l’Indépendance et la République (AJIR) se sont unis pour former un regroupement de partis de gauche, dénommé l’Union pour la Démocratie et le Progrès (UDP). L’annonce a été faite ce mercredi 6 décembre face à la presse à Ouagadougou.

L’UDP regroupe l’AJIR de Adama Kanazoé, le Front des Forces Socialistes (FFS) du défunt Norbert Michel Tiendrébéogo, le Parti du Peuple Républicain (PPR) de François Tambi Kaboré et le Rassemblement pour la Démocratie et le Socialisme (RDS) de François Wendlassida Ouédraogo.

Selon les membres de l’UDP, ce regroupement est « d’obédience progressiste, de gauche » et fait partie de la majorité présidentielle. « Ses objectifs spécifiques sont de définir et appliquer une position concertée ou consensuelle sur les questions d’intérêt national ou sur toute autre question qu’il lui plairait de s’en saisir pour l’intérêt de l’ensemble de ses membres », d’élaborer « une stratégie électorale susceptible de renforcer la représentativité de l’UDP au sein de l’Assemblée nationale et aux Conseils municipaux », selon son président François Tambi Kaboré.

Egalement, l’UDP se donne comme autre objectif, la mise en œuvre « des actions concertées susceptibles de renforcer et d’améliorer sa contribution dans la réalisation du programme du président » Roch Kaboré.


François Tambi Kaboré, président de l’Union pour la Démocratie et le Progrès (UDP)

« L’Union pour la Démocratie et le Progrès, œuvre pour la paix, la cohésion sociale et l’unité nationale, seuls gages d’un développement durable, performant et inclusif », a laissé entendre François Tambi Kaboré. Ce regroupement vise « à renforcer les capacités des Burkinabè à vivre, à travailler et à jouir ensemble des fruits de leurs efforts communs de développement », a poursuivi M. Kaboré.

Le nouveau-né des regroupements des partis politiques ambitionne « promouvoir les valeurs de justice, d’équité, de solidarité, de liberté, de paix, d’égalité et de progrès dans la gestion du pouvoir d’Etat ». « Sur le plan africain, nous apporterons notre contribution à la lutte pour l’unité africaine réelle et non verbale qui sera la clef pour la résolution de tous nos problèmes », a affirmé son président.

Selon François Tambi Kaboré, l’UDP « s’engage à œuvrer afin de permettre au Burkina de tirer profit de la mondialisation et de s’organiser au mieux face aux défis internationaux tels que le terrorisme et les changements climatiques ».

L’UDP est un regroupement qui est « ouvert à tout parti politique qui partage ses valeurs et ses idéaux progressistes. « A l’étape actuelle, l’UDP est une union et en tant que telle, chaque parti garde une certaine autonomie qui lui permet d’entreprendre des actions individuelles qui ne soient pas en contradiction avec les valeurs et les idéaux » du regroupement, a indiqué M. Kaboré.

Par Daouda ZONGO

Wakatsera.com

This Post Has Been Viewed 155 Times