reso-prosKantigui a été ahuri par une situation malheureuse qu’a vécue une de ses connaissances dans la nuit du samedi 27 janvier 2018 au quartier Karpaala à Ouagadougou. En effet, selon le récit de la victime, c’est aux environs de 23h, avec ce climat glacial de janvier, qu’il a décidé de passer de bons moments dans une chambre de passe, derrière la résidence Alice, avec sa dulcinée après le maquis. Mais, il était loin d’imaginer que cette nuit de plaisir allait se transformer en un véritable cauchemar pour lui et plusieurs usagers de cette maison close. Arrivés dans la cour, ils seront cueillis par quatre braqueurs encagoulés, cachés dans la pénombre. Ces derniers avaient déjà tenu en respect avec des Kalachnikov, plus de 150 hommes et femmes venus se livrer à une partie de jambes en l’air.

Selon l’informateur de Kantigui, même ceux qui étaient déjà en pleine « action » ont été invités à sortir rapidement des chambres. Entassés dans deux chambres, ils passeront tous au scanner de ces braqueurs. Téléphones portables, argent, bijoux…tous les clients et les gérants ont été dépossédés de leurs biens. Pendant l’opération qui a duré 3 heures (21h à 24h), les « poissons » se faisaient prendre dans la nasse des malfrats. Après leur « libération », c’était le sauve- qui-peut. Tous les infortunés ont démarré en trombe pour regagner leur domicile sans avoir accompli pour certains, la mission pour laquelle, ils sont venus.

La source de Kantigui qui fait partie de ces derniers, regrette d’avoir perdu plus de 20 000 F CFA. Mais, il pleure encore un des malchanceux qui lui a confié discrètement avoir été dépouillé de la somme de 200 000 F CFA et d’autres Biens.

Sidwaya.
Image d´illustration.