Un poisson d’avril est une plaisanterie que l’on fait le 1er avril à ses amis et à sa famille. Mais quand cette plaisanterie se transforme en une mauvaise farce au point de semer la terreur parmi les siens, elle devient de la bêtise humaine. C’est le cas de ce jeune homme d’une vingtaine d’années qui a failli envoyer sa mère à l’hôpital à cause d’une plaisanterie de mauvais goût.


Il simule un accident de voiture en guise de poisson d’avril

A.K est un jeune homme âgé d’une vingtaine d’années. Le dimanche comme à l’accoutumée, il est sorti avec l’un de ses amis pour aller se promener. Le soir, son père reçoit un appel de la part de l’ami de son fils lui disant: «AK a fait un accident sur la route de Loumbila et est décédé sur le coup». Pris de panique, ce dernier a informé le reste de sa famille y compris la mère du jeune homme, qui s’est évanouie sur le champ. Accompagnés des jeunes du quartier, le père de famille et quelques amis ont vite embarqué dans un véhicule en direction de Loumbila.

De Ouagadougou à Loumbila, tout le long de la route, ils n’ont ni vu un accident ni un attroupement y relatif. Ils se sont renseignés mais personne ne semblait avoir vu quelque chose de ce genre se passer sur cette route.


Le Poisson d’avril doit se faire avec une grande responsabilité

Désemparés, ils ont essayé de joindre l’ami en question, mais sans réponse. C’est finalement le lendemain matin qu’ils ont eu des nouvelles de leur fils. Et avec grand étonnement!

En effet, sans avoir l’air de regretter son acte qui a failli coûter la vie à sa mère, A.K est rentré chez lui en famille en disant: «C’était un poisson d’avril!»

Très choqué par le comportement de son fils et également ravi de le retrouver en vie, le père de famille n’a pas pu placer un mot.

Il est bien de faire des plaisanteries à ses amis et à sa famille, surtout dans ce mois d’avril pendant lequel cela est permis, mais il faut bien réfléchir avant de le faire. Le but du poisson d’avril est de plaisanter pour distraire, pour rire. Ce n’est sûrement pas pour amener quelqu’un à l’hôpital. En simulant sa mort pour plaisanter, A.K pouvait commettre l’irréparable. Cela doit être une leçon pour tout un chacun. Plaisanter c’est bon, mais savoir bien le faire c’est encore mieux.

M. B4

http://lesechosdufaso.net

This Post Has Been Viewed 1,282 Times