Les responsables de la Coordinations des Structures syndicales et associatives des Commerçants de Rood-Wooko ont tenu un point de presse ce jeudi 19 octobre 2017 à Ouagadougou au cours duquel ils ont demandé aux opérateurs économiques, aux acteurs de l’économie informelle, aux commerçants en général, à se mobiliser dans la solidarité et à se « démarquer des marches inutiles comme celle prévue pour se tenir le 21 octobre prochain », qui du reste, si elle a des débordements, pourrait causer d’énormes conséquences dans le secteur du commerce.

El-hadj Inoussa KABORE

Ce sont des commerçants remontés contre le pillage de leurs articles pendant certaines marches que l’on pouvait voir à la conférence de presse de ce jeudi 19 octobre 2017. Conscients des conséquences que peuvent avoir des marches qui ont un « débordement », les conférenciers se sont résolus maintenant de « ne plus se laisser faire »« Nous voulons dire (aux organisateurs de la marche) que cette fois-ci s’il y a un débordement, les commerçants vont riposter », assène Inoussa KABORE qui tient à préciser que quiconque ayant l’intention de venir piller les biens des commerçants après la marche du 21 octobre prochain les trouvera sur son chemins.  «Nous n’irons pas à la marche mais nous allons protéger notre patrimoine », a-t-il ajouté. Il a souhaité que l’Etat déploie des moyens nécessaires pour sécuriser les marchés au cas où il arrivera à sécuriser la marche du Sieur Zaïda. C’est en connaissance de cause que les commerçants disent prendre maintenant leurs dispositions pour protéger leurs « pitances ». Pour les conférenciers, la marche de Zaïda s’apparente à celle organisée par le sieur Thibaut NANA en 2008 pour dénoncer la vie chère. « En 2008, confie Inoussa KABORE, c’est un individu qui a organisé et il y a eu des débordements. Comme par le passé on a eu des problèmes qui n’ont pas connue une résolution parfaite, nous n’allons pas encore nous laisser faire ».

Les commerçants n’entendent plus se laisser faire

Les conférenciers ont jugé inopportun la marche du 21 octobre parce qu’ils estiment que la situation sécuritaire actuelle est « très précaire ». « On ne peut pas faire une seule semaine sans être attaqué par les terroristes », s’indigne Inoussa KABORE, principal conférencier, par ailleurs Coordonnateurs des structures associatives et syndicales de Rood-Wooko. De ce fait, les commerçants disent avoir « peur » que des terroristes s’infiltrent dans la marche du 21 octobre prochain pour « faire du mal ». Ils précisent cependant que Pascal Zaïda est dans son droit d’organiser cette marche mais révèlent de ce fait que le bras de fer qui existe entre Zaïda et les autorités actuelles leur fait « peur ». « Si après la marche il y a des gens qui viennent au marché pour faire des achats, tant mieux, mais si c’est pour vandaliser le marché, à moins qu’ils aient la force de terrasser, nous n’allons pas nous laisser faire », rappelle Inoussa KABORE.

Les conférenciers ont aussi donné leur lecture de la situation nationale emprunte depuis un certain temps par des attaques armées à répétition dans le septentrion burkinabè. « Dans un pays, si la sécurité va mal, l’économie aussi va mal surement », a reconnu Inoussa KABORE avant de préciser que leur objectif en organisant cette conférence de presse, est de « dénoncer les mauvaises pratiques de certaines personnes égarées, et dont leur vocation absolue est de défier les autorités afin d’assouvir leur fin inavouée ».

Les commerçants entendent eux-mêmes organiser un « grand meeting » dans les jours à venir afin de plaider pour la paix et la stabilité au Burkina Faso.

Armand Kinda

Infowakat.net

This Post Has Been Viewed 861 Times