SAMSUNG CAMERA PICTURES

« C’est une très grande surprise dans la mesure où la partie civile n’a pas été informée de la mise en liberté provisoire. », a indiqué Me Guy Hervé Kam avocat de la partie civile, réagissant à l’annonce de la liberté provisoire accordée à Djibril Bassolé, le mardi 10 octobre.
Me Guy Hervé Kam dit avoir appris cette nouvelle sur les réseaux sociaux.
« Ce n’est que la nuit, sur les réseaux sociaux que nous avons appris que Djibril Bassolé a bénéficié d’une liberté provisoire », dit-il avant d’ajouter que « En tant qu’avocats, nous avons dit que ce n’est pas possible parce que les parties civiles n’ont pas été informées comme le stipule la loi. », a-t-il déclaré à radio Oméga.
Selon Me Kam, la loi prévoit que, lorsqu’un inculpé mis en cause fait une demande de « mise en liberté provisoire « , les parties civiles doivent en être informées et elles ont le droit de présenter leurs observations.
Tout en déplorant le fait que la loi ne permet pas aux partis civils de former un recours, Me Kam dit espérer que le commissaire du gouvernement qui peut le faire tirera toutes les conséquences de ce qu’il qualifie d’irrégularités.
Mohamed NAKANABO

Accueil

This Post Has Been Viewed 337 Times