LAITIERSi les produits laitiers semblent confirmer leurs bienfaits dans une nouvelle étude, ceux du lait restent controversés.

La consommation de produits laitiers reste aujourd’hui un sujet de débat constant, tant les études se contredisent. De nouvelles recherches, présentées du congrès annuel 2018 de l’ESC (Société européenne de cardiologie) en août dernier, ne vont pas faire avancer l’affaire. À l’exception du lait, qui semble augmenter le risque de cardiopathie coronarienne, les chercheurs ont constaté que les produits laitiers protégeraient à la fois de la mortalité vasculaire cérébrale, mais également de la mortalité globale.

UNE MORTALITÉ INFÉRIEURE

Pour obtenir ces résultats, le professeur Maciej Banach de l’Université de médecine de Lodz (Pologne) et son équipe ont tout d’abord examiné les données d’une étude américaine sur la santé et les examens nutritionnels, réalisée entre 1999 et 2010 sur plus de 24 000 adultes. Les chercheurs ont constaté que la consommation de tous les produits laitiers était associée à des risques inférieurs de mortalité vasculaire cérébrale et globale. La consommation de fromage, par exemple, était associée à un risque de mortalité globale inférieur de 8 %.

coco et de lait d’amande.

Sponsorisé par ANDROS

La combinaison de 12 autres études suivies pendant environ 15 ans et rassemblant 636 726 participants ont confirmé ces résultats :  « [nous n’avons trouvé] aucune association entre la consommation de produits laitiers et les maladies cardiovasculaires ou la mortalité toutes causes confondues, explique le professeur Maciej Banach. Au vue de leurs effets protecteurs, les directives actuelles visant à limiter la consommation de produits laitiers, en particulier le fromage et le yaourt, devraient être assouplies », compète-t-il. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de consommer entre 450 et 550 mg de calcium par jour pour un adulte. Le Plan national nutrition et santé français conseille quant à lui de consommer des produits laitiers au minimum trois fois par jour, soit 900 mg de calcium par jour pour un adulte.

LA PROBLÉMATIQUE DU LAIT

« Pourtant, une vaste étude de 20 ans sur des adultes suédois, également publiée en 2017, a montré que la consommation accrue de lait était associée à un doublement du risque de mortalité, y compris pour les maladies cardiovasculaires », nuance le professeur polonais. Car le lait, lui, fait toujours débat. Et même concernant son rôle supposément protecteur sur la santé osseuse et sur le risque de fractures ostéoporotiques. En effet, une étude a montré que la consommation élevée de lait était associée à une incidence plus élevée de fractures chez les femmes, ainsi qu’à une mortalité globale plus élevée. Des résultats à interpréter toutefois avec prudence, précisent ses auteurs, compte tenu de la méthode utilisée pour y parvenir : celle de l’observation. « La consommation de lait écrémé ou faible en gras devrait être recommandée, en particulier pour ceux qui consomment de grandes quantités de lait , défend Maciej Banach. D’autres conseillent au contraire de boire du lait entier. La meilleure façon de contourner toutes ces contradictions et de veiller à conserver une alimentation équilibrée.

https://www.topsante.com