mackyConsidéré comme l’une des principales vitrines de la démocratie sur le continent, le Sénégal sombrerait-il dans les affres de l’autoritarisme ?

Tribune. Selon Mankoo Wattu Senegal, la principale coalition de l’opposition, la « dictature rampante » à laquelle certains comparent le régime de Macky Sall aurait laissé la place à une « dictature debout ». Derrière son allure placide, le chef de l’État dissimulerait-il un duce ouest-africain ?

Le questionnement, qui ne date pas d’hier, est formulé avec une vigueur renouvelée depuis l’adoption, le 19 avril, d’une réforme de la loi électorale qui a suscité le courroux de l’opposition. De fait, celle-ci durcit les conditions de parrainage requises pour briguer le fauteuil présidentiel, pouvant laisser croire à une tentative d’en écarter tout challenger.

Opposants en prison, manifestations interdites

À cela s’ajoutent d’autres dérives, bien réelles : depuis 2012, nombre d’opposants ont séjourné en prison pour les motifs les plus divers, et les deux principaux adversaires du président sortant (Karim Wade et Khalifa Sall) ont fait l’objet de condamnations sujettes à polémique. Les manifestations sont régulièrement interdites par la préfecture de Dakar et l’organisation des dernières législatives a été marquée par des manquements évidents de la part d’un ministère de l’Intérieur aux mains du parti au pouvoir (l’Alliance pour la République, APR). Mais de là à justifier la mise au ban du Sénégal…

Depuis 2000, le pays a connu deux « ­alternances » et s’est pourvu d’une disposition constitutionnelle limitant le règne du chef de l’État à deux mandats successifs, tout en raccourcissant la durée de son bail à cinq ans. En matière de ponctualité électorale, difficile d’invoquer quelque « glissement » contre nature, à l’instar de ce qui se fait en RD Congo : les scrutins se tiennent à l’échéance prévue. Certains pays limitrophes – le Mali ou la Guinée, par exemple –, privés d’élections locales durant de longues années, aimeraient pouvoir en dire autant.

Peut-on y constituer en toute liberté un parti politique ? Oui

Y a-t‑on déjà connu une prise de pouvoir par l’armée comme au Tchad, au Niger, au Nigeria, en Guinée-Bissau ou au Burkina Faso ? Le pays a-t‑il jamais été déchiré par une guerre civile, comme en Côte d’Ivoire, au Liberia ou en Sierra Leone ? Y a-t‑on déploré des crimes contre l’humanité, comme au Burundi ou au Soudan, voire un génocide, comme au Rwanda ? Y craint-on des tensions intercommunautaires, comme en Centrafrique ? Y a-t‑on jamais vu une crise post­électorale sanglante, comme au Kenya en 2008 ? À toutes ces questions, il nous faut bien répondre par la négative.

Et ce n’est pas tout. Le pouvoir y a-t‑il été confié à quelque mouvance islamiste supposée rétrograde, comme en Égypte ou en Tunisie ? Ce n’est pas pour demain, semble-t‑il. Y verrait-on un président conserver le pouvoir durant plusieurs décennies consécutives, comme au Cameroun, au Tchad, au Congo ou au Zimbabwe ? No way! Y hérite-t‑on du pouvoir de père en fils, comme au Togo ou au Gabon ? Aucun « fils de » n’a, pour l’heure, réussi cet exploit.

Peut-on y constituer en toute liberté un parti politique ? Oui, à tel point que le nombre de partis par habitant pourrait bien dépasser prochainement le montant du PIB par foyer, formulé en dollars. Les journalistes y sont-ils brimés, emprisonnés, exécutés ? Une partie d’entre eux auraient plutôt tendance à repousser les limites de l’excès déontologique, en invectivant à loisir – et dans une relative impunité – les tenants du pouvoir ou de l’opposition.

L’histoire en héritage

Si le Sénégal est encore loin de constituer le mètre étalon d’une Afrique idéale, il serait injuste de lui ôter ce qui peut, à bon droit, faire sa fierté sur un continent tourmenté. Une exception qu’il doit d’ailleurs à tous ses enfants, qu’ils se réclament de Senghor, de Diouf, ­d’Abdoulaye Wade ou de Macky Sall. Si les Lions de la Teranga ne gagnaient pas la Coupe du monde en juillet 2018, difficile de prétendre que cela serait dû à la partialité des arbitres.

Si l’opposition veut l’emporter en 2019 face à Macky Sall, qu’elle se donne, d’ici là, les moyens de sa victoire – elle a eu sept ans pour s’y préparer. Mais peut-être devrait-elle s’abstenir de grimer par avance une démocratie en dictature afin de justifier un éventuel échec.

http://www.jeuneafrique.com

This Post Has Been Viewed 57 Times