01e34cc_NzwNTSaTDkiJyVvwfBZr3SjMAprès huit ans d’absence discographique, le groupe sort un septième album intitulé « Masters of the Sun Vol. 1 ».

L’industrie du disque est parfois cruelle. Les Black Eyed Peas, stars internationales dans les années 2000 grâce à des tubes comme Where Is the Love ? ou I Gotta Feeling, ont vendu près de 40 millions d’albums. Après huit années d’absence discographique, ils ont publié leur septième album, Masters of the Sun Vol. 1, le 26 octobre, sur les plates-formes de streaming. A une semaine de la sortie physique du disque, le 9 novembre, le verdict est sans appel : pas un seul titre ne s’est hissé au sommet des charts. La qualité est pourtant au rendez-vous mais, privé de sa chanteuse emblématique Fergie et après une si longue absence, le groupe a égaré son public.

En visite à Paris mi-septembre, Will.i.am, Apl.de.ap et Taboo assument : « Sur ce disque, résume le second, nous nous sommes fait plaisirNotre idée était de célébrer le vingtième anniversaire de notre premier album, Behind the Front [1998]. Nous avons essayé de faire comprendre aux gens qui nous ont découverts avec Elephunk [2003] ce qui nous animait avant, c’est-à-dire la vibe des années 1990 : A Tribe Called Quest, les Jungle Brothers, et l’album de Nas Illmatic. »

Pochette de l’album « Masters of the Sun Vol. 1 » , des Black Eyed Peas.

Masters of the Sun Vol. 1, qui porte le même nom que la bande dessinée publiée par Will.i.am chez Marvel en 2017, débute justement par un duo avec Nas, Back 2 Hiphop. Sur trois titres, Wings, Dopeness et 4 Ever, Fergie est remplacée respectivement par la chanteuse des Pussy Cat Dolls Nicole Scherzinger, par la Sud-Coréenne CL et par la Canadienne Esthero, entérinant un peu plus l’idée que la blonde égérie du groupe n’en fait plus partie : « Elle voulait se concentrer sur sa carrière solo, résume Taboo, ne plus faire de tournée, alors que moi, j’avais besoin d’être sur scène, je ne voulais pas attendre. J’en avais besoin pour ma guérison, je venais juste de combattre mon cancer et j’ai dit aux garçons : “La vie est trop courte, retournons au studio et enregistrons.” »

Références à Native Tongues

Will.i.am, débordé par ses activités extramusicales, a laissé ses complices aux commandes du disque. En 2015, Apl.de.ap et Taboo enregistrent Constant, qui s’inspire de morceaux de la fin des années 1980 et début des années 1990 où les rappeurs de la côte Est étaient sous l’influence de la house music de Chicago. ­Débuté comme ceux du collectif Native Tongues (A Tribe Called Quest, De La Soul, Jungle Brothers…), très influencé par le jazz, le morceau dérive vers une rythmique house music.

Ce n’est pas la seule référence au collectif sur ce disque, puisque les Black Eyed Peas invitent deux membres de A Tribe Called Quest (Ali Shaheed Muhammad et Phife Dawg) et Posdnuos de De La Soul pour All Around the World. Dans les textes, les trois rappeurs retrouvent également leur verve militante, notamment contre les tueries de masse aux Etats-Unis dans Big Loveet contre le repli communautaire sur Ring the Alarm.

Des paroles qu’ils ont aussi traduites par des actes. Apl.de.ap a ainsi fait construire plus d’une trentaine d’écoles dans son pays d’origine, les Philippines. Will.i.am a créé une formation scientifique pour les jeunes des quartiers défavorisés afin de les préparer à des études en robotique. Taboo, lui, a rejoint l’American Cancer Society pour participer aux campagnes de prévention. Quant au succès commercial de leur disque, ils prétendent n’en avoir cure : « Nous ne sommes pas dans la compétition, assure Will.i.am, nous travaillons déjà au prochain. » Le soir même, le groupe allait enregistrer en studio à Paris avec le jeune producteur français Dany Synthé.

https://www.lemonde.fr/