criseECONOMIE Le fondateur de la Générale de bureautique, 40 salariés, a pris une décision forte avant de partir en retraite …

Sa petite entreprise, fondée il y a 27 ans, ne connaît pas la crise. Basée quartier de la Beaujoire à Nantes, La Générale de bureautique, spécialisée dans la photocopie et les systèmes d’impression, affiche au contraire un chiffre d’affaires florissant, trois agences dans l’Ouest et 40 salariés.

Mais à 56 ans, son créateur, Eric Belile, pense à la retraite. Et au lieu de céder la société au plus offrant, ou même de la transmettre à ses enfants, le patron a pris une décision forte et atypique : passer progressivement les rênes aux salariés. Une procédure de rachat permettant à cinq cadres de l’entreprise d’entrer dans le capital avec un apport réduit a ainsi été lancée.

« C’est un juste retour des choses »

« J’avais à cœur de continuer à faire vivre le groupe et je souhaitais que ce soit réalisé avec les cadres », explique Eric Belile à France 3. « Je dois bien ça aux salariés. Pour moi, il est naturel que l’entreprise reste au personnel : on a bâti le projet ensemble. C’est un juste retour des choses », ajoute-il dans Ouest-France.

Le patron sait que la vente de sa société à un concurrent aurait pourtant pu lui rapporter beaucoup d’argent. Qu’importe. « J’y gagne car le groupe va perdurer avec ses valeurs, avec le nom que j’ai pu créer, il garde aussi son aspect régional », défend-il auprès de France 3.

Les salariés de La Générale de bureautique, fidèles, ne s’en plaignent pas. « Cette entreprise, c’est une aventure humaine. Le marché est dur et les salariés s’impliquent très fort pour que ça marche. Certains sont là depuis 25 ans », raconte à Ouest-France l’un des cadres associés au projet de reprise.

http://www.20minutes.fr/