soutienLe Mouvement je suis Burkinabè (MOB) a animé un point de presse, le lundi 10 septembre 2018 à Ouagadougou. A l’occasion, ses initiateurs ont présenté leurs objectifs et actions qu’ils comptent entreprendre pour soutenir les Forces de défenses et de sécurité (FDS) et promouvoir la paix au Burkina Faso.
Les Burkinabè sont invités à faire preuve de générosité dans cette difficile situation sécuritaire que leur pays traverse. L’appel est d’un collectif citoyen, baptisé Mouvement je suis Burkinabè (MOB) qui promeut la solidarité envers les Forces de défense et de sécurité (FDS) et la réconciliation entre les populations. Les promoteurs de ce mouvement l’ont rendu public, le lundi 10 septembre 2018 lors d’un point de presse à Ouagadougou. De façon pratique, il s’agit entre autres pour ce comité, de collecter des fonds pour soutenir la scolarité des enfants des FDS et les fonctionnaires victimes d’attaques terroristes, de reconstruire et équiper les infrastructures publiques détruites et de ramener la sérénité dans la nation burkinabè. Au-delà de ces mesures, le MOB envisage de redorer l’image du pays des Hommes intègres et mise sur la solidarité des fils et filles du pays (qu’ils soient politiques, opérateurs économiques ou expatriés) autour du label Burkina Faso. « Faire de chaque individu une FDS, faire un plaidoyer pour qu’on réveille les polices de proximité dans toutes les communes du Burkina Faso, montrer aux yeux du monde que le peuple est debout pour lutter contre les attaques, rassurer les amis du Burkina Faso en faisant en sorte qu’il n’y ait plus de zones dites rouges sur notre territoire national… », a cité le principal conférencier, Abdoul Aziz Bougma. Dans la perspective de mettre en œuvre cette société idéale, le collectif prévoit s’adresser à plusieurs départements ministériels pour obtenir leurs concours. A cet effet, plusieurs demandes d’audience seront adressées aux autorités du pays, dont le chef de l’Etat et le Chef de file de l’opposition politique. Le MOB envisage s’adresser à toutes les entités socioéconomiques et politiques du Burkina Faso. Un comité de gestion des fonds récoltés, composé de représentants du Mouvement, des familles des victimes, des FDS, de la presse et du ministère en charge de la solidarité nationale, sera mis en place, a laissé entendre M. Bougma. Et de poursuivre qu’un rapport sur la collecte des sommes d’argent et autres ressources mobilisées sera fait à la presse de façon hebdomadaire pour permettre à tous d’avoir un regard sur les activités du mouvement. Comment est né cet élan et quel crédit accorder à ce nouveau collectif ? A ces différentes questions, le conférencier a d’abord expliqué que l’idée de cette initiative leur est venue à la suite des attaques répétées que subit le pays ; d’où la naissance du besoin d’apporter leur contribution pour renforcer la résilience de la Nation.
Fabé Mamadou OUATTARA
Axel SOME
(Stagiaire)
http://www.sidwaya.bf/