couteau (1)Accusé d’avoir porté trois coups de poignard dans les côtes de O.L., S.I., sans détour a reconnu les faits devant le Tribunal de grande instance de Dédougou, le lundi 17 juillet 2017, au motif que sa victime courtisait sa femme. Appelée à la barre, la femme de S.I. a déclaré qu’elle et la victime sont de la même famille, leurs pères étant des frères. Et c’est au vu de cette relation de parenté qu’ils étaient proches, et rien d’autre. Seulement, c’est après les faits qu’on lui a fait comprendre que c’est sa relation avec O.L. qui est à l’origine de cette attaque.
Des affirmations confirmées par le petit frère de l’accusé qui dit être étonné de la réaction de son grand frère. En aucun moment, son mari ne lui avait notifié ses doutes d’infidélité sur son rapprochement avec son frère O.L. Au regard de la réaction violente lors des faits, le Tribunal a émis des doutes sur l’état mental du prévenu. Mais S.I., d’un ton teinté d’humour, affirme n’avoir aucune altération de ses facultés mentales. A la question de savoir si S.I. a eu des antécédents avant cette agression sur la personne de O.L., le frère de l’accusé indique que jusqu’à ce forfait, son frère n’a eu aucun comportement à même de dire qu’il est violent.

Même son de cloche de son épouse. Des arguments qui ont dissipé les doutes du Tribunal. Indiquant que l’intention de l’accusé, n’eut été la volonté de Dieu, était d’ôter la vie à la victime, le parquet a demandé au Tribunal de déclarer S.I. coupable des faits de coups et blessures, et de le condamner à une peine d’emprisonnement ferme de 2 ans et à une amende de 600 000 F CFA. Quant à O.L., il s’est constitué partie civile et a réclamé le paiement de la somme de 607 000 F CFA, équivalant à la valeur des frais de soins. La Cour a pris acte et mis le délibéré pour le 14 août 2017.Rassemblés par : Kamélé FAYAMA

This Post Has Been Viewed 353 Times