tueeurLe Texas a exécuté mardi soir un homme qui avait attaqué un couple de jeunes mariés, tuant l’homme et violant sa femme. Il avait été confondu par son ADN huit ans après les faits.

Le condamné, âgé de 43 ans, a reçu une injection létale dans le pénitencier d’Huntsville. Il s’agit de la 13e et dernière exécution de l’année au Texas, Etat conservateur du sud des Etats-Unis qui applique le plus la peine capitale.

Les autres Etats américains qui pratiquent la peine de mort n’ont procédé, ensemble, qu’à onze exécutions depuis janvier.

Promeneurs braqués

En 1993, l’homme avait attaqué un homme et une femme, qui, dix jours après s’être mariés, se promenaient sur un sentier dans la banlieue de Dallas. Il les avait braqués avec une arme en leur réclamant de l’argent.

Comme ils n’en avaient pas, il s’était énervé, avait abattu le mari de 27 ans, avant de violer sa femme, 23 ans. Malgré d’importantes recherches, le crime était resté impuni pendant de longues années.

Le criminel n’a été confondu qu’en 2001, alors qu’il était détenu pour une autre agression sexuelle. Son ADN correspondait à celui prélevé sur la victime.

La dernière exécution de l’année aux Etats-Unis, un homme qui avait battu à mort une sexagénaire en 1992, est prévue jeudi en Floride.

ATS