oprzhDepuis son discours qui a fait sensation aux Golden Globes, Oprah Winfrey est présentée comme la candidate favorite pour battre Donald Trump en 2020. De sa naissance dans le Mississippi, à sa gloire à Hollywood, la première femme africaine américaine à devenir milliardaire pourrait bien accéder à la Maison Blanche.

On ne parle plus que d’Oprah Winfrey. Depuis l’électrifiant discours que la reine des médias américains a prononcé lors de la cérémonie des Golden Globes le 7 janvier, où elle a reçu le prestigieux Cecil B. DeMille Award, son nom revient avec de plus en plus d’insistance pour être la candidate du parti démocrate aux élections présidentielles de 2020.

« Je veux que toutes les filles derrière leur écran sachent qu’un nouveau jour pointe à l’horizon », avait notamment lancé la première femme africaine américaine à devenir milliardaire, déclenchant une standing ovation.

Et certains de se mettre à rêver de voir la star, figure incontournable depuis des décennies de la vie publique américaine, terrasser Donald Trump à la prochaine élection. Meilleur signe de l’emballement général, au lendemain de la cérémonie, les hashtags #Oprah2020 et #Oprahforpresident étaient en tête sur Twitter…

La candidate idéale ?

Si Oprah, 63 ans, n’avait, jusqu’à présent, jamais déclaré son intention de se lancer en politique, elle était restée suffisamment ambiguë lors d’une interview après l’élection de Donald Trump pour que ses nombreux admirateurs se mettent à y croire.


>>> A LIRE – États-Unis : Oprah Winfrey présidente ? L’idée fait son chemin…


Le compagnon de longue date d’Oprah, Stedman Graham, a apporté de l’eau à leur moulin, en affirmant au Los Angeles Times « qu’elle se présenterait absolument », même si c’était au « peuple américain de décider ».

De son côté, la Maison Blanche a aussitôt relevé le gant. « Nous nous félicitions de ce défi », a affirmé l’un des porte-parole du président, Hogan Gidley, « que ce soit Oprah Winfrey ou quelqu’un d’autre. » Pour certains démocrates, Oprah, l’une des femmes les plus admirées aux États-Unis, serait en effet la candidate idéale.

Sa capacité surnaturelle à communiquer de manière puissante et authentique

Personnage ultra-consensuel, elle est la chouchoute de catégories électorales clés comme les femmes blanches des banlieues et les Africains-Américains. Elle est surtout l’incarnation de l’optimisme et du rêve américain, mis à mal par la présidence des plus clivantes de Donald Trump.

David Axelrod, l’ancien stratège de Barack Obama, a ainsi déclaré dans le New York Times qu’Oprah avait un potentiel politique unique, en raison « de son empathie sans limite et de sa capacité surnaturelle à communiquer de manière puissante et authentique, comme nous l’avons vu lors des Golden Globes. »

Nancy Pelosi, de la Californie, chef des démocrates au sein de la Chambre des représentants, a, elle, déclaré que la businesswoman était le type d’outsider que les démocrates pourraient supporter. « Oprah a lu des livres. Elle sait reconnaître le talent », a-t-elle déclaré, dans une allusion à peine voilée à Trump.

Proche de ses origines africaines

Et c’est vrai que la vie d’Oprah, surnommée « la reine de tous les médias », est des plus fascinantes. Née dans un milieu modeste, dans le Mississippi, abusée sexuellement par plusieurs membres de sa famille à l’âge de 9 ans, elle s’est taillé un empire qui vaut aujourd’hui la bagatelle de 3 milliards de dollars.

Son émission, The Oprah Winfrey Show, diffusée depuis Chicago de 1986 à 2011, a été la plus suivie de toute l’histoire de la télévision américaine. Tout ce qu’elle touche se transforme en or, au point que l’on a pu parler « d’effet Oprah ».

En 2015, elle est ainsi entrée dans le capital de Weight Watchers à hauteur de 10 % et est devenue membre de son conseil d’administration. Les cours de l’entreprise de produits amincissants se sont aussitôt envolés… En revanche, sa chaîne sur le câble, The Oprah Winfrey Network, lancée en 2011, connaît des difficultés. Ils ne sont que 462 000 téléspectateurs à la regarder chaque jour en prime time.

Elle aurait des ancêtres bamilékés, bantous et kpelle

Multicartes, Oprah a également joué plusieurs rôles au cinéma, plus ou moins marquants. Dans le film Selma, sorti en 2014, du nom de cette ville de l’Alabama, haut lieu de la mémoire noire américaine, elle jouait Annie Lee Cooper, la défenseure des droits civiques. On la voyait notamment frapper le shérif de la ville…

Oprah, qui selon le test ADN qu’elle a réalisé pour la chaîne PBS, aurait des ancêtres bamilékés, bantous et kpelle, est restée proche de ses origines africaines. Elle a ainsi fondé en 2007 une école pour filles en Afrique du Sud.

Sans expérience politique

Côté politique, Oprah s’était résolument engagée en 2007 en faveur de Barack Obama, en lequel elle avait reconnu « l’élu », boostant ainsi sa popularité. En 2016, elle avait apporté, beaucoup plus discrètement, son soutien à Hillary Clinton. Pour le résultat que l’on connait.

Au vrai, la folie Oprah, qui n’a aucune expérience politique – un critère certes devenu caduc avec l’élection de Trump – montre bien le manque criant de personnalités démocrates fortes pour affronter Trump en 2020. Et pour de nombreux commentateurs, Oprah serait une fausse bonne solution.

Il est hautement improbable que les démocrates choisissent leur version de Donald Trump

« Est-ce que les gens auront envie de quelqu’un sans aucune expérience après Trump ? », s’est ainsi hasardé à dire ce même Axelrod. Rebecca Katz, stratège démocrate, exhorte plutôt son parti à définir un programme de compagne séduisant.

« Je pense qu’il est hautement improbable que les démocrates choisissent leur version de Donald Trump, une personne célèbre sans aucune expérience politique, parce que notre parti, précisément, est attaché à l’expérience de gouvernement », a déclaré, de son côté, Alixandria Lapp dans le New York Times.

Les sondages effectués depuis la fameuse cérémonie des Golden Globes sont venus doucher l’enthousiasme général. Selon Politico, une majorité d’électeurs républicains et, plus étonnamment, démocrates, ne souhaitent en effet pas qu’Oprah Winfrey se présente…

http://www.jeuneafrique.com/

This Post Has Been Viewed 230 Times