Depuis plusieurs jours, des vidéos sur la fabrication de riz avec du plastique dans une usine en Chine circulent notamment sur les réseaux sociaux. Le mercredi 10 mai 2017, plusieurs médias burkinabè ont rapporté la saisie de riz de qualité douteuse à Ouagadougou. Le riz en question contiendrait du plastique. Le boutiquier concerné se trouve entre les mains de la gendarmerie et un échantillon de ce riz a été amené au laboratoire pour des analyses. Les résultats sont toujours attendus. Mais des questions taraudent les esprits : Peut-on humainement consommer du plastique ? Quels en sont les dangers ? Des éléments de réponses avec un nutritionniste, Dr Marcel Daba Bengaly, Maître Assistant à l’UFR/SVT de l’Université Ouaga I Pr Joseph Ki Zerbo.

Le 10 mai 2017, Marguerite Karama, une consommatrice à Ouagadougou, a affirmé avoir utilisé pendant deux mois du « riz en plastique » qu’elle a tenté en vain de préparer à plusieurs reprises. Elle a informé son voisinage, la Ligue des consommateurs ainsi que la presse nationale.

« Je rencontrais toujours des difficultés quand je devais le faire cuire. On ne peut rien faire avec. Tu veux préparer le riz à la sauce, il n’a pas de goût, ni d’odeur de riz ; le riz au gras, il devient de la bouillie et pire quand tu veux le passer à la vapeur avant de le préparer, il devient une boule », a remarqué Marguerite Karama.

Arrivés au domicile de l’intéressée, des responsables de la Ligue des consommateurs disent avoir constaté que le riz en question contenait effectivement des déchets plastiques. Le boutiquier lui ayant vendu ce riz est mis aux arrêts pour des besoins d’enquêtes.

Dès lors, les commentaires vont bon train au Burkina Faso. D’aucuns estiment que l’ultime solution serait de consommer rien que les produits locaux. Pour certains, l’existence du riz en plastique sur le marché local n’est que des rumeurs infondées dites « hoax ». Pour d’autres, il s’agit d’une stratégie de déstabilisation des produits chinois ou de l’économie chinoise. Le phénomène inquiète également bon nombre de pays à travers le monde. Un chimiste sénégalais, Modou Fall, a même déclaré que scientifiquement, la rumeur sur le riz en plastique était infondée.

Son avis rejoint celui du Dr Marcel Daba Bengaly, Nutritionniste, Maître Assistant à l’UFR – SVT de l’Université Ouaga I Pr Joseph Ki Zerbo : « L’histoire du riz en plastique, moi personnellement, je n’y crois pas du tout. On ne peut pas faire du riz en plastique. Il n’y a même pas de riz en plastique ».

Dr Marcel Daba Bengaly, Nutritionniste burkinabè.

« Vous demandez s’il est humainement possible de consommer du plastique, ma réponse est tout de suite non »

« Quel que soit le plastique, il est humainement impossible de le digérer. Il est humainement impossible de consommer du riz en plastique. D’abord, ça passe même par la mastication. Il n’y a aucun élément nutritif là-dedans. Si vous forcez à le manger, vous aller sentir le malaise plus tôt que vous ne le pensiez. Lorsqu’on estime cela en semaines voire en mois, pour moi, physiologiquement ce n’est pas possible », a dit le nutritionniste burkinabè.

Il y a, selon lui, plusieurs dangers liés à la consommation du plastique. Les explications du Maître Assistant à l’UFR – SVT :

« Vous allez vous faire une indigestion pratiquement. L’organisme va le rejeter, même accidentellement, lorsque vous en mangez une petite quantité. Cela peut provoquer des maux de ventre. Vous n’allez pas le digérer et vous n’allez pas pouvoir l’assimiler. Cela veut dire que les molécules ne vont pas passer dans l’organisme à quelque réserve près.

Parce que les aliments que nous mettons même dans les plastiques, certains plastiques mal indiqués comme les plastiques noirs, il y a des éléments chimiques qui peuvent passer dans les aliments. Et là, on peut s’intoxiquer et généralement, ça aboutit à des maladies chroniques, des maladies cancérigènes. Mais pour la question du riz en plastique, je ne vois pas comment on peut consommer rien que ce plastique pendant plusieurs jours, plusieurs semaines, et se sentir bien. Non, non, non ! Le riz est une graine qui vient donc d’une plante. Et il y a plusieurs types de riz ».

Concernant l’aspect du riz présenté par Dame Karama, Dr Bengaly a émis des hypothèses en attendant les résultats du labo. Sa première hypothèse, c’est qu’en Chine, il y a une variété de riz appelée « riz gluant » qui n’est pas dans les habitudes alimentaires au Burkina.

Aperçu d’un type de riz. (© Diaspora News)

Le kilogramme du plastique coûte plus cher le kilogramme du riz…

Ce riz gluant, argumente-il, lorsque vous le préparez comme un riz ordinaire, bien sûr que vous obtiendrez genre un ballon en plastique. Par contre, ce riz, toujours selon lui, doit être préparé en le trempant pendant deux heures et ensuite en le faisant cuire à la vapeur avant qu’il ne prenne son aspect normal.

« Les gens le consomment sans problème. Alors, la première hypothèse la plus heureuse que moi je peux émettre, c’est que nous avons peut-être des importateurs qui ont fait rentrer ce riz sans vraiment l’accompagner de la recette de préparation », dit-il. (Lire la suite des hypothèses émises par le nutritionniste dans la vidéo à la Une).

« Le dernier argument que j’ai, c’est que le kilogramme du plastique coûte beaucoup plus cher le kilogramme du riz. Même si on veut frauder, on ne va pas prendre de l’or pour aller tromper le consommateur en disant que c’est de l’argent. Ce n’est pas rentable de faire une telle fraude », dépeint le nutritionniste.


En attendant les résultats des analyses, quelques astuces pour tester la qualité du riz circulent sur le net :

Le test de l’eau : Versez une cuillère à soupe de riz cru dans un verre rempli d’eau froide et mélangez vigoureusement. Si le riz tombe au fond du verre, tout va bien, si au contraire, il flotte à la surface, soyez vigilants, car il contient sûrement du plastique !

Le test du feu : À l’aide d’un briquet et d’une allumette, brûlez une poignée de riz. Si ce dernier prend feu et dégage une odeur de plastique brûlé, vous savez quoi faire ! Ne le mangez surtout pas !

Le test du mortier et pilon : Lorsque vous moulez quelques grains de riz avec un mortier et un pilon, la poudre doit être bien blanche. Pour le riz artificiel, vous apercevrez une décoloration jaune à la place.

Le test de moisissure : Si vous voulez être sûr que vous ne risquez rien avec votre riz cuit, mettez-en une petite quantité dans un Tupperware (boîte en plastique aux propriétés facilitant la conservation des aliments) et laissez-le à un endroit chaud. Dans quelques jours, de la moisissure devra apparaître, sinon c’est que votre riz est artificiel.


Noufou KINDO

Burkina 24

This Post Has Been Viewed 584 Times