voilDans l’océan de mauvaise formulation, de fautes grossières et d’hésitations dans lequel ont baigné les questions des étudiants au président français Emmanuel Macron, elle est vraisemblablement la seule à avoir surnagé. Elle, c’est Salimata Nah Traoré, étudiante en fin de cycle de master droit des affaires internationales à l’université Aube nouvelle de Bobo Dioulasso. Beaucoup auraient en tout cas remarqué cette jeune fille voilée de par son éloquence, sa maitrise devant le président français et la pertinence de sa question : « » M.le Président de la République française, sachez que nous Jeunes étudiantes et étudiants du pays des hommes intègres vous attendions avec impatience. Certaines questions me sont chères et pour lesquelles la responsabilité de la France ne fait aucun doute. Profitant donc de la plateforme qui nous est offerte, sans photocopie diplomatique, je souhaite votre éclairage : Allez-vous accepter de déclassifier les archives françaises sur le dossier Thomas Sankara ? Nous avions d’ailleurs, sans trop y croire, il faut l’avouer, espérer voir dans vos valises, le frère cadet de notre ancien président. Allez-vous nous l’envoyer avec Air France ? Enfin, si vous en avez l’occasion, ne manquez pas de dire à nos autorités à nous que la confiance des populations se mérite….»

«Ce qui m’a motivé à poser ma question au président est que comme je l’ai dit, je n’ai jamais manqué d’occasion de m’exprimer ; c’est un peu la meilleure façon pour moi de m’amuser. Parce que j’ai toujours aimé cette façon de retranscrire fidèlement ce qu’on récent. Je suis assez l’actualité et lorsque l’on parle de recevabilité, lorsque parle de gouvernance, il faudrait vraiment s’y intéressé. C’est à travers, la fenêtre du présimetre que je me suis inscrite. Et c’était avec grande satisfaction que j’ai accueilli la nouvelle me disant que j’avais été retenu pour poser ma question au présent français Emmanuel Macron» a expliqué à radio Oméga, Salimata Nah Traoré. Elle est tout sauf une profane des joutes oratoires. Meilleure oratrice 2015 d’un championnat national de débat oratoire et lauréate du championnat international de débat francophone à Beyrouth au Liban, elle est une habituée du micro. Ceci explique cela mais elle regrette d’avoir été pratiquement la seule à avoir tiré son épingle du jeu : «Ce qui a fait défaut chez mes camarades était peut-être le rendu parce qu’une chose est de pouvoir bien murir la réflexion sur une question et une autre est de pouvoir bien la retranscrire afin de la rendre fidèlement, le stress est une chose qui ne se maitrise pas forcement. Et puisque l’occasion était unique, ils ne devaient pas rater l’occasion et parler franchement avec toute la courtoisie qu’il fallait. C’est ce qui a manqué aux autres et je le déplore parce que j’aurais souhaité que dans leur interventions, on puisse percevoir clairement toute la pertinence qu’il y’a dans leurs idées et pouvoir répondre aux préoccupations de la jeunesse dans l’ensemble.»

«Questions-réponses préparées et arrangées» ? Salimata Nah Traoré jure la main sur le cœur que non. «Je précise que sur les questions, aucune censeure n’a été faite. Les rumeurs couraient comme quoi si les 4 qui devaient poser les questions étaient choisis d’avance, c’est que les questions seraient prêt à porter et qu’ils viendraient caresser le président au sens du poil, et donc les gens nous voyaient comme des vendus. Et je m’amusais à dire que si nous étions des vendus c’est qu’on s’est vendus à vil prix quand même» indique-t-elle.

Ana Kam

https://www.facebook.com/RadioOmegafmOfficiel/

This Post Has Been Viewed 1,949 Times