just (1)Ousmane O, âgé de 35ans et boucher de profession a comparu devant le tribunal de grande instance de Ouagadougou ce mardi 16 mai 2017, pour répondre des faits de viol sur Justine C.
A la barre, Ousmane O ne reconnait pas les faits. Il explique qu’un jour alors qu’il était allé réparer son engin, il rencontrait la victime avec qui il échangea . Quelques temps après, le mécanicien l’appelle et l’informe que la fille demande d’après lui et ils conviennent d’échanger leurs contacts respectifs. C’est ainsi que nait « une amitié et ils prennent souvent des pots ensemble ». Selon ses explications, c’est un samedi soir qu’il a décidé d’amener Justine C à son domicile à Nagrin pour entretenir des relations intimes avec elle. Après avoir bu, il remorque alors la victime et arrivé vers la réserve de l’ASECNA, la fille lui fait savoir que le quartier Nagrin est loin et qu’elle ne pouvait plus y aller. C’est à l’en croire, pendant les négociations dans la réserve que Justine C aperçoit un passant et crie au secours puis la police est alertée.
La victime n’a pas comparu devant le tribunal mais de ses déclarations contenues dans le procès verbal d’enquête, il ressort qu’elle a accepté l’invitation du prévenu mais celui-ci l’ayant remorqué avait changé de destination autre que le lieu du débit de boisson choisi. C’est ainsi qu’elle avait sauté de la moto et était tombée, alertant les riverains de Cissin Yaar qui avaient accouru.
Après supplications de ceux-ci puisque le prévenu réclamait le remboursement de la boisson qu’il avait acheté pour elle depuis le premier jour qu’ils se sont rencontrés, Ousmane O accepte de la ramener ou il l’avait prise. Mais une fois derrière la moto, il insiste, la menace et pourra finalement avoir des relations sexuelles avec elle. C’est pendant l’acte que Justine C se rend compte qu’un homme passait par là et décide de crier au secours. Cette personne a alerté la police qui a procédé à l’interpellation du prévenu.
Le substitut du procureur avant ses réquisitions tient à préciser que la victime n’a pas souhaité porter plainte car il s’agirait d’une dame mariée et son foyer pourrait voler en éclat d’où également sa non comparution au procès. Pour le procureur, les faits sont clairs après les débats, il y’a eu relations sexuelles entre les deux personnes. La question à déterminer selon le ministère public est de savoir si c’était consenti. Il pense que c’était consenti mais avec une pression morale puisque le prévenu exigeait le remboursement de toutes ses dépenses. Ce qui implique pour le parquet que les faits ne sont pas constitués. Mais, au regard de leur comportement qui heurte la morale humaine et contraire à la loi puisqu’ayant « couché ensemble dans la rue », le procureur requiert que les faits soient requalifiés en faits d’outrage outrage public à la pudeur.
Pour cela, il demande au tribunal de condamner le prévenu à une peine d’emprisonnement ferme de 06mois.
Le tribunal l’a relaxé pour les faits de viol et déclaré coupable des faits d’outrage public à la pudeur. En répression, Ousmane O a été condamné à une peine d’emprisonnement ferme de 12 mois.

Sidi Ag Mohamed

http://www.zoodomail.com/

This Post Has Been Viewed 447 Times