PRISONO. Soumaïla est poursuivi pour actes de grand banditisme. Il en répondait des faits ce vendredi 21 septembre 2018, devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou, en matière correctionnelle.

Les faits sont que Soumaïla a été interpellé en compagnie de sieur O. Aziz, aux abords du Commissariat central de police de Ouagadougou.

Selon ses explications, c’est une nuit que Aziz l’a appelé aux environs de 23 h pour le déposer vers la cité AZIMO de Tampouy. Chemin faisant, Aziz lui dit de le faire descendre, et, par la suite, celui-ci s’approche vers une jeune fille, qui est dame K. Marie Pascale, et qui s’était rangée sur le côté de la voie, pour communiquer au téléphone.

Soumaïla explique qu’il est reparti aussitôt, parce qu’il pensait que Aziz était en train de converser avec une de ses copines.

Le lendemain, Aziz l’appelle et vient chez lui avec une moto 150 de marque Yamaha. Il lui demande la provenance de cette moto, et Aziz lui répond qu’il l’avait achetée pour une de ses copines, mais après mésententes, il a retiré son engin.

Il explique que lors de leur arrestation devant le Commissariat central de police de Ouagadougou, il avait accompagné Aziz qui lui disait qu’il devait y retirer un document administratif.

Les Policiers les ont donc interceptés, puis, c’est pendant leur audition qu’il a su que la femme de Aziz circulait avec la moto et a été interceptée aussi par la police. Hormis cela, il dit qu’il ne savait même pas qu’il y avait un téléphone portable, entre autres objets issus du braquage de Aziz.

Le hic dans cette histoire est que Aziz, qui a été intercepté en même temps que Soumaïla, n’était pas à la barre. Car selon les explications, celui-ci, prétextant une crise d’asthme, a été conduit dans un Centre médical et s’est échappé par la suite…

Ce qui fait que Soumaïla devait répondre des faits tout seul. Tant bien que mal qu’il se défende, il a été néanmoins reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés et le procureur a requis contre lui la peine de prison de 7 ans et une amende de 500 000 FCFA ferme. Il a été cependant condamné à une peine de 5 ans dont 3 ans de sureté ferme, et à une amende de 500 000 FCFA par le tribunal, qui estime que celui-ci était de connivence avec Aziz.

Outre cela, Soumaïla venait de sortir de prison il y a à peine 6 mois, où il a purgé une peine de prison de 12 mois ferme pour consommation de stupéfiants…

Claire Lebœuf

http://zoodomail.com/