homoLe phénomène d’homosexualité est de plus en plus combattu en Côte d’Ivoire. Et pour cause, cette pratique du reste immorale n’est pas du tout du gout des Ivoiriens. Même si certains Ivoiriens l’ont adopté depuis longtemps. N’empêche ! Tous ceux qui s’adonnent à cette pratique sont d’entré bannis par la famille.

L’on se souvient en effet de la mort jusque-là inexpliquée de l’une des figures emblématiques de la presse sportive ivoirienne. C’est le cas de certains caciques du showbiz que bien d’Ivoiriens dénoncent comme des ténias de la société. yao Kouadio Séraphin, mécanicien de son état est révolté. « Si cela ne tenait qu’à moi, on brûlerait tous ceux qui s’adonnent à cette pratique. Pour moi, Dieu n’a pas enseigné cela ni dans le coran, ni dans la bible ».

Et Georgette Loua de renchérir. « Dans tous les cas, ces personnes de mauvaise moralité auront des comptes à rendre à Dieu. ». De fait, ce phénomène a pris des proportions inquiétantes. Cette mauvaise influence occidentale qui rament à contre courant des valeurs africaines, se modélise, hélas au sein de notre jeunesse. Il n’est en effet, plus une surprise de voir des jeunes affichés leur homosexualité dans certains quartiers huppés, sans que cela ne choque l’entendement.

Toutefois, cet état de fait demeure toujours inacceptable et répugnant. En témoigne l’agression par certains jeunes d’un couple homosexuel le mardi 04 Octobre 2016 dernier au « Nouveau quartier » dans la commune de yopougon au Nord d’Abidjan.

Ce jour là, selon nos sources, il est un peu plus de 18 heures quand le nommé ACKA N’GUESSAN ARISTIDE dont on ne lui connait aucune fréquentation féminine, rentre chez lui en compagnie d’un jeune dont pèse sur lui de forts soupçons d’homosexualité avec son allure efféminée du nom de AKESSI FAbRICE, plus connue sous le pseudonyme de « SISI ».

En tous cas, leur attitude ne manque pas de susciter la curiosité auprès des riverains qui commencent à manifester leur antipathie accompagnés de propos désobligeants à leur endroit. Un peu plus tard, dans la même soirée, pour confirmer les soupçons de l’entourage, on retrouvera nos deux tourtereaux s’entrelacer dans les couloirs, puis s’enfermer à double tour dans l’« entrée-coucher » du nommé Acka Aristide avec la lumière éteinte.

Il n’en fallait pas plus pour susciter le courroux de quelques jeunes à l’affût du scandale et qui avait suivi toute la scène. Selon toujours nos sources, ces derniers partent alertés d’autres jeunes et ensemble ils décident de donner une bonne correction corporelle à ses indignes jeunes afin que cette pratique ne se propage dans ledit quartier.

DE GBALLOU
Source : Le Nouveau Courrier

This Post Has Been Viewed 237 Times