asalArtiste acclamé, fin stratège, citoyen engagé, businessman redoutable, le zouglouman ivoirien A’Salfo, leader du groupe Magic System, s’impose sur tous les tableaux.

Le passage d’A’Salfo ressemble à celui d’une tornade. En cette journée d’avril 2017, au Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua), à Abidjan, on tente de suivre au pas de course le leader de Magic System et commissaire général du festival dans les ruelles sablonneuses de ce quartier populaire de la capitale.

En l’espace d’une heure, il a le temps d’avoir un entretien musclé avec un banquier pour débloquer le cachet de Black M, de foncer sur le « village des enfants » pour lancer un concert, de faire corriger sur un mur le sigle d’un sponsor auquel manque une lettre, de serrer la main d’une dizaine de notables, de se prêter au jeu du selfie avec une trentaine de fans, de poser en tenue de cycliste pour promouvoir les véhicules verts, de tendre une liasse de billets à des musiciens de rue, de répondre aux questions de trois médias différents et d’engloutir quelques chocolats pour faire de la publicité à la filière ivoirienne.

Lire la suite