cilss-le-secretaire-executif-s-impregne-des-orientations-du-president-kabore_5b47c92dd691f_l250_h250Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a reçu successivement en audience,  le jeudi 12 juillet 2018,  à Kosyam le Secrétaire exécutif du CILSS, Djimé Adoum, une délégation de l’Assemblée parlementaire du conseil de l’Europe basée à Strasbourg et des membres de l’Association burkinabè des sages-femmes.

Le Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS) veut réunir les conditions pour la mise en œuvre de sa feuille de route. Pour y parvenir, une délégation de l’institution conduite par son secrétaire exécutif, Djimé Adoum, est venue recueillir les conseils du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré hier à Kosyam. Cela, afin de mettre en pratique les conclusions des assisses de Niamey tenues en février 2018 qui ont désigné le chef de l’Etat burkinabè comme président en exercice du CILSS. M. Adoum a indiqué que les échanges ont porté,  entre autres,  sur la question de la cotisation des Etats membres, les projets structurants en cours et les réformes au sein de l’institution. La problématique de la prévention de la crise alimentaire n’a pas été occultée, à écouter le secrétaire exécutif du CILSS. Le sujet a été aussi le centre d’intérêt des échanges entre le président du Faso et une délégation de l’Assemblée parlementaire du conseil de l’Europe reçue le même jour pour discuter des questions de migration. L’équipe des parlementaires conduite par le Suisse Pierre-Alain Fildez s’est d’abord rendue à Ouahigouya pour s’imprégner des conditions d’amélioration de la productivité agricole. Et c’est à l’issue de cette mission que la délégation a rencontré le chef de l’Etat pour lui présenter des pistes de solutions dans la résolution des problèmes migratoires entre l’Europe et l’Afrique.

Comprendre l’immigration

«Nous sommes venus comprendre toutes les problématiques liées à l’augmentation de la population dans le Sahel et tous les défis dans le cadre de la migration », a soutenu Pierre-Alain Fildez. Il a en outre relevé qu’un rapport assorti de propositions concrètes sera présenté devant l’Assemblée parlementaire. Ce rapport, a-t-il précisé, prendra en compte le tableau « clair et complet » de la situation dressée par le président du Faso. « Nous pensons que nous sommes sur la même longueur d’onde », a déclaré le parlementaire.
A la suite des deux délégations, l’Association burkinabè des sages-femmes a été,  à son tour,  reçue par le chef de l’Etat. « Nous sommes venues informer son excellence de la tenue du 2e congrès de la Fédération des associations des sages-femmes de l’Afrique francophone, impliquant 17 pays qui va se tenir à Ouagadougou du 25 au 29 juillet prochain. Nous sommes aussi venues lui demander soutien et conseil pour la réussite de l’évènement », a confié la présidente de l’association, Mariam Nonguerma.  Elle a aussi noté que le congrès aura pour thème principal le rôle des sages-femmes dans la mobilisation sociale en santé de la reproduction.  « Il s’agira d’analyser l’implication de la sage-femme dans la communauté et de fédérer les actions de toutes les sages-femmes qui ont en partage la langue française pour la réduction de la mortalité maternelle, néo-natale et infantile », a-t-elle expliqué.

Abdoulaye BALBONE &
Mariam ZOUANGA (Stagiaire)

http://www.sidwaya.bf/