blaisoChaude était la discussion ce soir-là. «Non, cet écrit n’est pas du pur Blaise», lança un interlocuteur. «Je ne peux pas croire en cela, c’est le même montage que Ablassé Ouédraogo, quand il est allé voir Blaise en Côte d’Ivoire», a-t-il fini, en prenant une bonne gorgée de «gnamakoudji». Il faut souligner que nous étions à un PPS d’obédience musulmane.

Son voisin a repris le crachoir. Pour lui, c’est bel et bien Blaise qui a écrit ce communiqué, et en cite un extrait: «Je salue à cet égard les efforts effectués par mon successeur, démocratiquement élu, le président Roch Kaboré que je respecte. Il s’investit avec le gouvernement, les FDS, sans concession et en synergie avec les chefs d’Etat de la sous-région et des Nations unies dans la lutte contre le terrorisme». Poursuivant sa démonstration, l’homme que ses camarades appellent ‘’Philosophe’’ a assuré que quand Ablassé Ouédraogo est revenu d’Abidjan et a annoncé que Blaise a pardonné, beaucoup de personnes ont crié haro sur le baudet. Mais lui le ‘’philosophe’’ savait que ce pardon voulait dire: «Je pense au bien et au développement de mon pays, je ne souhaite pas que l’on fasse comme cela se dit traditionnellement qu’un ancien chef de village ne souhaite jamais le développement du village dans son après-règne».

Voilà le résultat aujourd’hui. Le président Roch Kaboré, que tout le monde attaque, insulte même, a tout le respect de Blaise. Son gouvernement aussi, que les Burkinabè dans leur grande majorité pensent qu’il ne fait rien pour changer les conditions de vie, encore moins pour assurer la sécurité des populations, a été pratiquement félicité par Blaise.

Dans sa lancée, le Philosophe a dit qu’il pense que ce communiqué est une sorte d’aveu de Blaise. Il dit ses regrets. S’il avait su, il n’allait pas écouter les griots et autres bonimenteurs, il allait positionner Roch Kaboré comme président et se mettre à l’écart avec la promesse de toujours apporter ses conseils si besoin se faisait sentir.

Les autres étaient pratiquement accrochés aux lèvres de Philosophe qui, toujours entre deux rasades, continuait sa thèse. Ainsi, il lança à la cantonade que la lettre et l’esprit de ce communiqué sont de Blaise, ses avocats ont été les metteurs en forme et c’est après son BAP, bon à publier, que le communiqué est sorti.

Toujours au compte de Philosophe, la dernière sortie de Roch sur TV5 a effarouché beaucoup de partisans de Blaise Compaoré, ainsi il veut les rassurer que le problème n’est pas Roch, mais «ces écrits malveillants, abjects» qui l’accusent de collusion avec les terroristes d’AQMI.

Hum, a lâché quelqu’un de l’assistance: «Philosophe, je ne suis plus dans cette démonstration». Eh bien, c’est pourtant clair, a répondu Philosophe, on dit que ce communiqué est la 1ère sortie de Blaise. Pourtant, juste après sa chute, il a confié qu’il a été trahi sans dire par qui. C’est là qu’il faut chercher. Les Roch, Gorba, Simon et les autres qui ont quitté officiellement le navire CDP sont moins concernés que ceux qui sont restés et ont poussé au naufrage collectif du bateau CDP.

Dans le communiqué de Blaise, il faut savoir lire entre les lignes a dit Philosophe. Il y décrit sa méthode qui ressemble à une stratégie traditionnelle mossi, quand tu ne peux pas battre un voleur il faut l’aider à transporter le butin, il va t’épargner. C’est une approche ou bien une collusion qui permet au moins de sauver les meubles chez toi. Cela a-t-il de l’avenir?

C’est toute la grande question, car le Burkina, même sous Blaise, ne pouvait pas rester longtemps hôtes des terroristes qui brandissaient une revendication territoriale l’Azawad sans subir d’une manière ou d’une autre le courroux de ses voisins qui étaient tout le temps attaqués.

Mounafica, tout œil tut ouïe!

This Post Has Been Viewed 1,725 Times