okNé en 1927 à Yako dans la province de Passoré  (au nord du Burkina Faso) d’une famille polygame, fils unique de sa mère et orphelin de père dès l’âge de douze (12) ans, il lui a fallu travailler très tôt pour subvenir non seulement à ses besoins personnels mais aussi à ceux de sa  très chère maman.
Après six années passées à l’école coranique, le petit Oumarou fait ses premières armes dans le tissage. Il se fait déjà remarquer pour son talent et sa persévérance. Ses cotonnades d’une qualité exceptionnelle, se vendaient jusqu’au Mali et au Ghana. Des voyages qu’il n’hésitait pas dans un premier temps à y faire à pied.
Ensuite en 1950, il investit ses premiers gains dans un petit restaurant à Yako. Ses affaires prospèrent et, en  1955, achète son premier camion avec lequel il  se lance dans le commerce des matériaux de construction puis dans le transport en commun entre Ouagadougou et Abidjan. C’était le début d’une nouvelle et belle aventure car dix ans après son parc était estimé à 100 camions faisant le lien entre Ouagadougou et Abidjan dans l’acheminement des marchandises et des passagers.
El hadj Oumarou Kanazoé affectueusement appelé OK était présenté comme l’homme d’affaire le plus doué de la région. Il a fondé le plus important empire du Burkina Faso, l’entreprise Oumarou Kanazoé, en 1973. L’entreprise OK dès lors est resté  une référence nationale et même sous régionale en matière de bâtiments, de travaux publics, d’aménagements hydro-agricoles, etc.
Le 2 novembre 1995, il a été élu président de la chambre du commerce et de l’industrie.
Pour marquer son attachement à la religion, l’homme des centaines de mosquées s’était engagé très tôt dans la construction bénévole des lieux de cultes pour les fidèles musulmans.   C’est ainsi qu’à son actif on enregistre plus d’une centaine de mosquées construites  dont les  grandes mosquées de Ouagadougou, de Pouytenga, de Yako, de Kaya et la plus  grande  mosquée du Burkina en chantier à  Ouaga 2000. En reconnaissance de  sa contribution à la construction de la nation, à la consolidation de la paix, au renforcement de l’unité, à la cohésion et à l’entente entre les peuples, à la défense du dialogue, de la tolérance, etc.  El hadj Oumarou Kanazoé a été fait commandeur de l’ordre national en 2006, puis Grand Officier de l’ordre de mérite burkinabé en décembre 2008 par le Président du Faso.

http://www.kanazoe.com/

This Post Has Been Viewed 1,295 Times