beyLa superstar de la chanson américaine Beyoncé était la tête d’affiche ce dimanche d’un concert à Johannesburg où d’autres stars comme Ed Sheeran, Jay-Z et Usher étaient également attendues pour rendre hommage à la vie de Nelson Mandela.

Ce concert, qui se déroulait au stade de Johannesburg, était le point culminant d’une série d’événements organisés pour le centenaire de la naissance, le 18 juillet 1918, de Nelson Mandela, figure historique de la lutte contre l’apartheid. Il s’inscrivait aussi dans le cadre d’une campagne destinée à éradiquer la pauvreté et la malnutrition infantile et à améliorer l’égalité entre les sexes.

Des milliers de fans, dont beaucoup avaient obtenu des billets gratuits en échange de leur engagement militant, se sont rendus au stade plusieurs heures avant le début du concert. Outre une brochette de stars mondiales, dans laquelle figurait également Chris Martin, du groupe Coldplay, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a accueilli ses homologues Nana Akufo-Addo du Ghana, Paul Kagame du Rwanda et Julius Maada Bio de Sierra Leone. Pharell Williams a reçu un accueil enthousiaste pour son interprétation de « Get lucky », de nombreux spectateurs brandissant leurs téléphones et dansant.

Oprah Winfrey co-animatrice

« Je suis très heureuse de voir Beyoncé et ce groupe d’artistes connus venus en Afrique du Sud pour se produire sur scène. C’est beau de voir ce beau rappel des valeurs de Mandela », s’enthousiasmait une spectatrice, Ano Shonhiwa, 23 ans. Les stars sud-africaines Trevor Noah et Bonang Matheba se sont également produites sur scène tandis que la foule bravait la pluie pour assister au concert. Avant le coup d’envoi du concert, la célèbre animatrice de télévision et femme d’affaires américaine Oprah Winfrey, qui co-anime l’évènement, avait salué la « bienveillance et l’intégrité » de Mandela, le décrivant comme son « mentor préféré ».

Héros de la lutte anti-apartheid, Nelson Mandela a été libéré en 1990 après vingt-sept ans de détention et son parti, l’ANC, légalisé. Les dernières lois racistes sont alors abolies et une transition démocratique s’engage. En 1994, l’ANC remporte les premières élections multiraciales. Nelson Mandela devient le premier président noir d’Afrique du Sud. Sa mort, en décembre 2013, a suscité une vague d’émotion planétaire.
Plus tôt dimanche, la veuve de Mandela Graca Machel, drapée dans une robe jaune vif et bleue, lui a rendu hommage sur scène. Et son petit-fils Ndaba Mandela a lancé aux spectateurs, à propos du concert : « Ne pensez pas qu’il s’agisse seulement d’un festival de musique, c’est un appel au coeur et à l’esprit de l’humanité à travers le monde ».

https://www.jeuneafrique.com