barrage-de-samandeni-quatre-chefs-de-canton-en-visite-sur-le-site_5bbbde7cb94a6_l250_h250Le chef de canton de Dioulassoba, Sidiki Sanou, accompagné de trois autres chefs de canton se sont rendus sur le site du barrage de  Samandéni, le dimanche 7 octobre 2018. A l’issue de la visite, la délégation de chefs s’est dit satisfaite de l’avancement du chantier.

Le site du barrage de Samandéni a connu du monde le dimanche 7 octobre 2018. Des chefs de canton, accompagnés d’une forte délégation ont, en effet, visité le chantier de l’ouvrage. Le groupe de chefs était composé du chef de canton de Dioulassoba, Sidiki Sanou, et de trois de ses homologues de la région de l’Ouest, à savoir celui de Orodara, Guéna, et Gaoua. Sidiki Sanou, en sa qualité de chef de la délégation, s’est dit ému par le niveau de progression de l’ouvrage. Aussi, s’est-il félicité de la résolution des crises qu’a traversées le projet. Cette visite, a avoué le chef des Bobos mandarins, est sa première. Une occasion pour lui de souhaiter que cet ouvrage puisse bénéficier à tous les Burkinabè.
Le Coordonnateur du Programme de développement intégré de la vallée de Samandéni (PDIS), Abdoulaye Ouédraogo, a apprécié positivement la visite matinale des chefs de canton. «Cela démontre que les populations se sont approprié le programme dans sa globalité», s’est réjoui le premier responsable du PDIS. Avant d’affirmer que l’ouvrage principal du projet, à savoir, le barrage, est déjà un acquis. Avec l’abondance de la pluviométrie, le remplissage de la cuvette d’une capacité 1,05 milliard de mètres cubes (m3), est survenu plutôt que prévu. En témoigne le trop plein qui déborde depuis le 2 septembre 2018.
Un pôle économique de développement
Les autres composantes du programme, c’est-à-dire les aménagements connexes, à en croire Abdoulaye Ouédraogo, devront suivre «rapidement», pour que Samandéni, dans sa vision, soit concrétisé. Il n’a pas omis de remercier le chef des Bobos mandarin, pour le rôle qu’il a joué dans la médiation des crises qu’a connu le PDIS. Le PDIS, a rappelé son coordonnateur, est un pôle économique de développement. A écouter Abdoulaye Ouédraogo, le site de Samandéni  regorge d’énormes potentialités. Il y est prévu une zone agroindustrielle, et les aménagements débuteront d’ici la fin de la saison des pluies sur 1500 ha. La pisciculture y sera développée sur 10 ha. Le site, aux dires de Abdoulaye Ouédraogo, est devenu une zone touristique. «Toutes les semaines nous avons des demandes de visite du barrage», a-t-il laissé entendre. Il est également prévu un aménagement hydroélectrique et selon M. Ouédraogo, la ligne de connexion au réseau national est déjà achevée, et il reste l’installation des turbines. «D’ici peu, nous devront commencer à produire du courant», a affirmé le premier responsable du PDIS.
Alpha Sékou BARRY
http://www.sidwaya.bf/