lookman

« J’ai une impression de déception, parce que je crois que le dossier est malheureusement tombé dans une manipulation politique pour ne pas dire diplomatico-politique. En effet, je pense que là i y a un recours qui a été former en cassation par la défense, dans le même temps il y a le juge d’instruction qui a conduit le dossier, qui est poursuivi devant une cour correctionnel de paris. Donc cela fait que la décision d’extradition ne peut pas être opérationnel avant deux ans, parce qu’en cassation ça va prendre du temps donc au minimum deux ans. Déjà c’est à se demander si cette décision n’ pas été prise pour garnir un peu les relations. C’est ce qui fait ma déception, mais en même temps je pense que le dossier Norbert zongo est doublement victime de politisation. Sous le régime Compaoré c’est la politisation qui avait fait que le dossier n’avait pas avancé, aujourd’hui encore c’est la même politisation parce que le dossier n’est pas conduit dans les procédures de droit. Le dossier est conduit avec du populisme parce que l’Etat burkinabè veut en faire un acquis politique, donc aujourd’hui le dossier est mal conduit. Quand vous regardez la façon dont l’extradition a été faite il y a des étapes qui ont été simplement passées, les pièces qui ont été présentées, certaines ont été falsifiées, parce que c’est le résultat que l’on recherche coûte que coûte. Finalement on n’a pas pris le temps d’organiser vraiment une procédure qui permet d’atteindre une meilleure décision. L’autre chose comme je l’ai dit malheureusement le dossier Norbert est pris en otage par la politique, ce qui est décevant, mais qui est en même temps aussi le reflet de la justice du Burkina Faso. Le reflet que nous ramenons à l’international c’est que notre justice n’est pas crédible. Cela nécessite le défi de retravailler notre justice. Je pense que François Compaoré comme tout autre Burkinabè devrait être capable de venir devant ses juridictions quand il le faut. Il n’y a pas lieu de faire une bataille internationale pour cela. Mais c’est justement parce que il y a un problème, on a une justice qui n’inspire pas confiance, chacun croit que il est victime en allant à la justice, ça aussi c’est un message fort ».
www.radarsburkina.net