kanis-kouadaLes deux hommes d’affaires burkinabè Moussa Koanda et Inoussa Kanazoé ont fumé le calumet de la paix le 06 janvier 2018, en marge d’une visite de présentation de vœux au président de la chambre du commerce et de l’industrie du Burkina Faso M. Sawadogo Mamady dit «Kadhafi». C’était en présence d’une forte délégation de la chambre de Commerce dont Idrissa Nassa, Président Coris Bank, M. Boureima NANA et bien d’autres grands noms du monde des affaires du Burkina Faso

Bonne nouvelle. La réconciliation entre les anciens associés Moussa Koanda et Inoussa Kanazoé qui étaient à couteaux tirés depuis un an est intervenue au moment où l’on s’y attendait le moins. Puisqu’elle a eu lieu quasiment à l’improviste. Acté par Lassina Diawara, président de la Chambre du commerce et de l’industrie des Hauts Bassins, le rapprochement entre ces deux richissimes hommes d’affaires est assurément une bonne nouvelle. Le président Diawara a fort opportunément rappelé la qualité des relations qui unissaient les deux anciens partenaires. «Votre amitié était exemplaire. D’ailleurs, quand vous vous rendiez à la Mecque, vous dormiez dans la même chambre, alors que vous êtes milliardaires et que vous pouviez prendre chacun sa chambre. C’est la preuve de la solidité et de la qualité de vos rapports. Fasse Dieu que vos rapports redeviennent comme avant », a souhaité, en substance, le représentant de la Chambre du commerce des Hauts Bassins. Il a ensuite demandé aux deux anciens amis de se saluer. Moussa Koanda et Inoussa Kanazoé se sont serrés la main avant de s’embrasser sous les ‘’youyous’’ de l’assistance visiblement contente d’assister à cet heureux évènement. Et comme pour confier la petite ‘’cérémonie’’ à Dieu, un guide religieux a prié pour inviter les deux hommes à cultiver à nouveau les liens d’amitié qui les avait si intimement liés naguère.

Espérons que cette réconciliation que tous les Burkinabè appelaient de leurs vœux ne restent pas ‘’lettre morte’’ et qu’elle rapproche véritablement Moussa Koanda et Inoussa Kanazoé dont l’union constitue, de toute évidence, une force pour le Burkina Faso qui a besoin de l’entente de tous ses fils et filles pour relever les défis du développement.

Continental.info

This Post Has Been Viewed 1,373 Times