mortelL’Office national de la sécurité routière (ONASER) a organisé,  le jeudi 21 septembre 2017 à Ouagadougou, la 12e session foraine de la Commission technique spéciale de retrait de permis de conduire. A l’occasion, les dossiers de cinq conducteurs impliqués dans des accidents graves ou mortels ont été analysés.
Un conducteur impliqué dans un accident de la route sur l’axe Kongoussi-Djibo ayant coûté la vie à deux personnes et un autre ayant fauché mortellement une personne à Ouagadougou, passeront cinq mois en prison. Ainsi en a décidé la commission technique spéciale de retrait de permis de conduire de l’Office national de la sécurité routière (ONASER) lors de sa 12e session foraine tenue,  hier jeudi 21 septembre 2017,  dans la gare de l’Est de la capitale. Après analyse de leur dossier individuel,  du procès-verbal et des conditions dans lesquelles est survenu chaque accident, il s’avère selon la présidente de ladite commission, Djénèba Zongo/Yaméogo que les deux conducteurs ont violé le code la route. «  A cet effet, nous avons retiré leur permis de conduire en plus de la peine de prison », a-t-elle signifié. Trois autres dossiers étaient sur la table des « juges » du jour. Leur examen a abouti à la condamnation de deux personnes à trois mois de prison avec sursis et une à sept mois avec sursis. « Cela signifie que ces personnes n’ont pas commis de fautes graves ou que l’accident n’est pas survenu par leur faute. Toutefois l’audition de certains a montré qu’ils  ont des lacunes. Ils devront donc  se recycler avant de rentrer en possession de leur permis de conduire car les mêmes causes produisent les mêmes effets », a-t-elle justifié.  Au-delà de la sanction, Mme Zongo a indiqué que les sessions foraines visent à mieux faire connaître la commission à la population. « Elle est l’instance administrative chargée de statuer sur les dossiers d’infractions graves aux règles de la circulation routière ainsi que ceux relatifs aux accidents graves, voire mortels de la route. Après quoi, elle prend la décision de restituteur ou de retirer définitivement  ou temporairement  le permis de conduire du fautif », a-t-elle expliqué.
166 personnes tuées au premier trimestre de 2016
Elle a relevé que  la session foraine a également pour objectif de  sensibiliser les populations aux bonnes pratiques à adopter afin de réduire les accidents de la route. « Tout le monde doit s’impliquer dans ce combat en apprenant et appliquant le code de la route et en faisant montre de prudence », a-t-elle conseillé. Ce même discours a été tenu par le directeur général de l’ONASER, Mamadou Ouattara qui a démontré l’ampleur du fléau à travers des chiffres. « De 2011 à 2015, 86 815 accidents se sont produits au Burkina Faso et ont fait 4 986 tués et 73 906 blessés », a-t-il regretté. Si les efforts conjugués des différents acteurs de la sécurité routière ont permis de baisser la tendance entre 2013 et 2015, a-t-il souligné, les chiffres de 2016 ont estompé les espoirs. « Le premier trimestre de l’année dernière,  4 095 accidents se sont produits et ont fait 166 tués et 3 238 blessés », a-t-il déploré. Les principales causes de ces désastres sont l’excès de vitesse, le transport mixte, le mauvais stationnement et l’état technique des véhicules… Face à ces pratiques négatives, il a relevé que le gouvernement a pris plusieurs mesures dont l’interdiction du transport mixte, l’installation des limiteurs de vitesse sur les véhicules, le respect de la règlementation relative aux heures de conduite et de repos des chauffeurs. Il a donc invité chacun à respecter ces mesures pour sauver des vies.
Eliane SOME
elianesome4@gmail
http://www.sidwaya.bf/

This Post Has Been Viewed 934 Times