Scroll to Top

7 ennemis de l’érection à surveiller de près

Par bol   /   mercredi, 12 Sep 2018 07:51   /   Laisser un commentaire

tabac-erection-roken-erectie_493x200Un homme de plus de 40 ans sur trois connait des troubles érectiles. Pour éviter que cela se produise à nouveau, voici 7 ennemis de l’érection à connaître sur le bout des doigts.

Un homme de plus de 40 ans sur trois connait des troubles érectiles. Les hommes plus jeunes ne sont pas épargnés par le phénomène, puisque 39 % des 25-40 ans ont eux aussi été victimes d’une panne sexuelle.

Quels sont les ennemis de l’érection à surveiller de près ?

  • L’alcool 

Shakespeare constatait dans Macbeth que l’alcool « provoque le désir et empêche l’exécution ». Et pour cause : si une petite quantité d’alcool peut parfois améliorer la libido de certains hommes, voire retarder leur éjaculation, passer trois verres, les effets sur le corps et la sexualité deviennent négatifs. Ainsi, boire une trop grande quantité d’alcool augmente le risque d’une panne ainsi que celui de ne jamais parvenir à l’orgasme. Une consommation régulière d’alcool nuit également à la libido, comme le prouvait une étude américaine menée sur 34 000 hommes, selon laquelle consommer au minimum deux verres par jour augmentait les risques de troubles érectiles au quotidien.

  • Le tabac

Toujours selon cette même étude, le tabagisme jouerait sur l’érection d’un homme puisqu’un fumeur aurait 40% plus de risques qu’un non fumeur de faire face à des troubles de l’érection. Comme le souligne le Dr Christian Rollini, chef de clinique à la Consultation de Gynécologie Psychosomatique et de Sexologie aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) sur le site www.stop-tabac.ch « bien que les troubles sexuels puissent provenir de causes multiples, le tabac peut et doit être considéré comme un facteur de risque en soi, du moins en ce qui concerne la survenue d’un trouble de l’excitation ».

  • Le stress

Il est courant qu’un homme connaisse une panne au moment de la pénétration, alors que tout semblait pourtant bien se passer au cours des préliminaires. Un phénomène fréquent, qui s’explique par l’angoisse de la performance, génératrice de stress et parfois de panne sexuelle. Une expérience qui peut rapidement se transformer en cercle vicieux, l’angoisse augmentant au fil des échecs.

  • Une alimentation trop riche

L’excès de cholestérol augmente les risques de troubles de l’érection. D’après une étude de 2016 menée par l’Université de Marmara en Turquie, il existerait notamment un lien entre la panne sexuelle et une maladie du foie, la stéatose hépatique non alcoolique, due à une infiltration graisseuse du foie. En d’autres mots, en plus d’abimer la santé de façon générale, une alimentation trop riche augmenterait aussi les risques d’impuissance.

  • Le vélo 

D’après une enquête menée par l’Université de Cologne en 2002, 13% des cas de troubles de l’érection proviennent d’amateurs de cyclisme. En cause : le contact avec une selle trop étroite et rigide. Pour éviter tout risque de panne, mieux vaudrait éviter de dépasser trois heures de vélo par semaine. On n’est loin du Tour de France !

  • Le diabète

Diabète et troubles érectiles vont souvent de paire. Pour preuve, 30 à 50 % des hommes victimes de troubles de l’érection sont diabétiques. L’explication : le diabète abîme les vaisseaux et les nerfs de l’ensemble du corps, y compris ceux du pénis.

  • Les médicaments

Certains médicaments tels que les antidépresseurs et les neuroleptiques agissent directement sur la souplesse des vaisseaux sanguins, et peuvent ainsi nuire à l’érection. Si vous constatez que votre traitement agit sur votre érection, n’hésitez pas à en parler à votre médecin pour trouver avec lui une solution adaptée.

https://www.marieclaire.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils