cyclisme-696x463La course cycliste nationale du 11-Décembre, longue de 127, 900 kilomètres courue, hier dimanche 9 décembre 2018, de Ouagadougou à Manga a été remportée par Bassirou Monea en 3 heures 17 minutes et 34 secondes.

Le vainqueur de la course cycliste nationale du 11-Décembre, pour l’année 2018, est connu. Sur 100 coureurs issus de 38 clubs au départ de Ouagadougou, Bassirou Monea du club AJCK, grâce à une échappée, a été, en effet, le premier à franchir la ligne d’arrivée, avec une vitesse moyenne de 38, 842 km/heures. Il a reçu la somme de 300 000 FCFA, un trophée et le maillot jaune.

Il a été suivi de Abdoulaye Rouamba de l’AJCK et de Bachirou Nikiema de l’USFA. Ces derniers ont respectivement remporté les sommes de 200 000 FCFA et 150 000 FCFA. Le premier point chaud de cette course cycliste du 11-Décembre 2018, Kombissiri, a été remporté par Bachirou Nikiema suivi de Rouamba Abdoulaye et de Bassirou Monea. La seconde phase décisive à Toécé a, elle, vu la victoire de Souleymane Koné suivi de Bachirou Nikiema et de Abdoulaye Rouamba.


L’épouse du président du Faso, Sika Kaboré ( gauche), a salué la combativité du maillot jaune de la course cycliste du 11-Décembre.

L’épouse du président du Faso, Sika Kaboré, qui a assisté à l’arrivée des coureurs à Manga, a vivement félicité le vainqueur pour les efforts fournis. Pour le ministre des Sports et des Loisirs, Daouda Azoupiou, c’est une belle victoire de Bassirou Monea. « Nous avons aujourd’hui des compétiteurs de haut niveau qui ont bénéficié de nombreux stages et formations . Ils ont remporté les maillots jaunes dans la sous-région et ailleurs », a-t-il affirmé.

Selon lui, le Burkina Faso étant reconnu comme un pays de vélo, ce triomphe ne fait que confirmer davantage collectivement et individuellement les cyclistes burkinabè. A son avis, les cyclistes burkinabè sont aujourd’hui parmi les meilleurs. Il a, par ailleurs, félicité l’ensemble des coureurs et la fédération. « Le cyclisme a permis de rehausser l’image du 58e anniversaire de l’indépendance de notre pays, je suis heureux et fier d’eux », s’est-il réjoui.

Wurotèda Ibrahima SANOU