VIIIème Traité d’amitié et de coopération (TAC) : De plain-pied dans les travaux, en attendant la conférence au sommet des Chefs d’Etat

Ouagadougou abrite, du 27 au 31 juillet 2019, la huitième édition du Traité d’amitié et de coopération (TAC) entre le Burkina Faso et la Côte d’ivoire. Ce rendez-vous annuel a ouvert ses portes le 27 juillet avec les travaux des experts suivis, ce mardi, 30 juillet, du Conseil des ministres conjoint. Toutes ces étapes visent à préparer la Conférence au sommet des deux Chefs d’Etat, ce mercredi, 31 juillet 2019.

Les conclusions des travaux de la réunion du Comité conjoint de suivi et d’évaluation des décisions et recommandations, tenue en mai 2019 à Bobo-Dioulasso, ont servi de document de base aux travaux des experts (27 au 29 juillet 2019).

Ils avaient pour tâche principale d’identifier les goulots d’étranglement à la mise en œuvre des projets communs, tels que la construction de l’autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou, la réhabilitation du chemin de fer, le renforcement des capacités énergétiques et minières, la réduction en escale sur le tarif plafond de service de base consentie par la partie ivoirienne en faveur d’Air Burkina, etc.

C’est également autour de ce document examiné, que les membres du gouvernement des deux pays, avec à leur tête, les Premiers ministres, Amadou Gon Coulibaly et Christophe Dabiré, se sont réunis ce mardi.

« La Côte d’Ivoire et le Burkina poursuivent depuis toujours et avec une détermination à nulle autre pareille, des buts communs parce que nous avons des sources et des valeurs communes. Nous sommes conscients que nous ne pouvons pas nous détourner l’un de l’autre, sans mettre à l’encan, l’avenir de nos populations respectives », a exprimé le Premier ministre burkinabè, Christophe Dabiré, à l’ouverture des travaux du Conseil des ministres conjoint.

Cette étape qui prépare la Conférence au sommet des Chefs d’Etat, Roch Kaboré et Alassane Ouattara, ce mercredi, 31 juillet, devra aboutir à la signature de conventions entre les deux pays.

Cette journée de mardi a également connu la tenue du forum des hommes d’affaires ivoiro-burkinabè. Ce cadre s’est tenu pour la fois le 26 juillet 2018 à l’hôtel président de Yamoussoukro autour du thème : « Développement des partenariats entre les secteurs privés ivoiriens et burkinabè : opportunités et défis ». Environ 300 entreprises ivoiriennes et burkinabè avaient pris part à ce premier Forum économique , co-présidé par les Premiers ministres ivoirien et burkinabè, Amadou Gon Coulibaly et Paul Kaba Thiéba.

Initié en 2008 à Ouagadougou par les deux Chefs d’Etat d’alors, Blaise Compaoré et Laurent Gbagbo, le Traité d’amitié et de coopération Burkina Faso-Côte d’Ivoire (TAC) vise à raffermir les liens entre les deux peuples ivoiriens et burkinabè, unis par l’histoire, la géographie et la culture. Il est donc la concrétisation au sommet de cette communauté de destin, signe de la prise en compte des intérêts des deux peuples frères par leur gouvernement. Depuis la création de ce cadre, les deux pays ont tenu des rencontres autour de projets socio-économiques communs, en vue d’impulser le développement de leurs pays. Malgré les turbulences politiques qu’a connues chacun des deux pays, la volonté des Chefs d’Etat de raffermir leurs relations n’a pas failli.

Le TAC prévoit un mécanisme de pilotage et de suivi à plusieurs niveaux. Il s’agit de la Conférence au sommet des Chefs d’Etat, le Conseil conjoint de gouvernements, les rencontres ministérielles sectorielles, les réunions des comités nationaux de suivi.

lefaso.net

Related posts

Leave a Comment