Vie des institutions : En 2018, le Premier ministère a saisi le Conseil constitutionnel à 21 reprises

Le premier ministre, Christophe Dabiré, a reçu en audience une délégation du Conseil constitutionnel ce mardi 19 mars 2019. Il s’est agi pour le président Kassoum Kambou, d’expliquer la procédure et les conditions dans lesquelles son institution peut être saisie.

C’est la première rencontre entre le premier ministre Christophe Dabiré, depuis sa nomination, et le président du Conseil constitutionnel. L’occasion a été saisie par ce dernier pour souhaiter un plein succès au nouvel entrant. L’audience avait entre autres, pour but, d’expliquer au premier ministre les missions du Conseil constitutionnel. Par cette visite, Kassoum Kambou a expliqué au locataire de la primature les conditions dans lesquelles et pour lesquelles, le Conseil constitutionnel peut être saisi.

Celui-ci est l’un des garants de la protection des droits civils et politiques des citoyens et peut être saisi par tout le monde, a déclaré Kassoum Kambou à sa sortie d’audience. Ainsi, le premier ministre peut le saisir pour contrôler certaines lois qu’il juge importantes.

Au titre de l’année 2018, le premier ministre a saisi le Conseil constitutionnel à 21 reprises. Les citoyens quant à eux l’ont saisi quatorze fois. Ces résultats qui témoignent de la bonne politique de collaboration au quotidien entre l’appareil constitutionnel et les citoyens ont justifié la visite de ce matin à la primature.

Le premier ministre peut saisir donc le Conseil constitutionnel pour contrôler certaines lois. En attendant l’adoption de la cinquième constitution, Kassoum Kambou rassure que son institution veillera à la conformité des dispositions constitutionnelles qui y seront contenues. Outre le président du Faso et le premier ministre, les autres citoyens peuvent saisir l’institution pour des lois qu’elles jugent importantes.

Mariam Ouédraogo 
Lefaso.net 

Related posts

Leave a Comment