Un mouvement soutient le Président du Faso et lui fait des propositions

Le mouvement plus rien ne sera comme avant (M/PRSCA), ce mercredi 24 novembre 2021, a appelé le président du Faso Roch Kaboré, en sa qualité de chef suprême des armées à décréter un état de guerre au Burkina Faso. Le mouvement se désolidarise également de la marche du 27 novembre prochain.

À la différence de certaines organisations de la société civile, des partis politiques et d’autres forces vives de la nation qui souhaitent la démission du Président du Faso  et de son gouvernement, le mouvement M/PRSCA se désolidarise de cette démarche et appelle la population à la retenue.

Cependant  le mouvement  a émis un certain nombre de propositions à l’endroit du Président du Faso.  Il s’agit notamment de la formation d’un gouvernement d’union nationale, la restauration de l’Etat de siège sur toute l’étendue du territoire national, la refondation de l’armée, le renforcement du dispositif militaire dans les frontières, l’acquisition d’hélicoptères de combat et des drones de surveillance.

Parmi ces propositions, il y a également l’interdiction de survol de tout avion étranger dans l’espace aérien burkinabè sans l’aval du ministère en charge de la défense, le refus des convoi de transits militaires sur le sol burkinabè sans vérification au préalable. Le mouvement demande le ravitaillement des troupes au front par voie aérienne, l’intervention rapide et sans conditions des hélicoptères en cas d’attaque et la diversification de la coopération militaire.

« Nous tenons à rappeler notre vaillante armée qu’en 1974, un jeune lieutenant conduisait des hommes au front pour la défense de la patrie. 50 ans après, il est inconcevable pour le M/PRSCA que des officiers supérieurs de notre armée formés dans des grandes écoles de guerre, avec l’argent du contribuable assistent impuissamment à l’envahissement de notre territoire national », s’est offusqué le coordonnateur du mouvement, Claude Ouédraogo.

Sur ce, le M/PRSCA invite le Président Roch Kaboré à prendre des mesures idoines pour la responsabilisation des « officiers patriotiques et opérationnels » à la tête du commandement des corps et des unités de l’armée.

Pour la marche du 27 novembre 2021, le M/PRSCA a annoncé sa non-participation. Pour le mouvement, si la marche ne concernait que des revendications pour plus de sécurité, il allait se joindre. « Cependant nous déplorons leur exigence non négociable des démissions du Président du Faso et du Président de l’Assemblée nationale », a-t-il déclaré.

Claude Ouédraogo a signifié que, pour eux, cette marche n’a aucune appellation juridique et constitutionnelle qu’un « coup d’État en préparation en lieu et place des revendications sociales. C’est pourquoi le mouvement plus rien ne comme avant invite l’ensemble du peuple burkinabè à la retenue et à faire front commun aux côtés de nos FDS et VDP pour la sauvegarde de l’État démocratique ».

Attirant l’attention du Président Roch Kaboré, le mouvement lui fait comprendre que depuis 2015, l’expérience de vie de certains Burkinabè est devenue « journalière » et l’invite à écouter la voie du peuple.

Willy SAGBE

Burkina 24

Related posts

Leave a Comment