Statut valorisant au MENAPLN : « N’insistez pas à coiffer la tête des intendants sans eux », prévient le SYNAFER

Le Syndicat national des financiers de l’éducation et de la recherche (SYNAFER) a adressé une lettre ouverte au MENAPLN (ministère de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales) le 5 juillet 2019. Il y dénonce les clauses dans le statut valorisant du personnel de l’éducation, qui selon le syndicat, ignorent le corps des financiers.

Le bureau exécutif du SYNAFER a dénoncé la tenue de concertations restreintes avec les partenaires sociaux sans la participation et la contribution des Intendants. Il a aussi remarqué que des décisions importantes ont été prises impactant la vie et la carrière de ses militants et sympathisants, particulièrement la décision d’élargir l’évolution dans la carrière aux travailleurs par la consécration officielle de passerelles et la création de nouveaux emplois. « Mais, vous avez oublié les financiers de l’éducation et de la recherche qui ont besoin de valorisation d’autant plus que leur place devait se trouver dans le métier « administration économique et financière », écrit le bureau exécutif à l’adresse du ministre de l’Education.

Pour cette catégorie d’agents, l’ouverture des passerelles ne saurait être une valorisation d’un emploi mais plutôt une violation flagrante de la loi 081 dont le projet de statut particulier constitue un décret d’application. Cela est un véritable recul et une remise en cause de l’élan de spécialisation des agents publics, souligne le syndicat. Pour ce faire, écrit-il, « nous opposons notre refus catégorique au reversement dans les emplois des attachés d’intendance scolaire et universitaire (AISU) et des conseillers d’intendance scolaire et universitaire (CISU) car cela est une violation de la loi n°081-2015/CNT du 24 novembre 2015 portant statut général de la fonction publique d’Etat et du principe de la qualification des agents publics ».

En effet, la Loi dispose à son article 21 que « l’accès aux emplois de fonctionnaires se fait soit par concours direct, professionnel ou par sélection sur dossier, soit par examen professionnel sanctionné par un diplôme ou un titre exigé pour l’emploi postulé. La sélection sur dossier est une variante du concours direct ».

Et le SYNAFER de lancer cet avertissement au ministre en charge de l’Education : « N’insistez pas à coiffer la tête des Intendants sans eux, car aucun autre syndicat ne peut le faire mieux que le SYNAFER. En tout état de cause, nous vous rendrons responsable du climat délétère que son contenu viendrait à engendrer car l’élaboration des TOES n’avait pas laissé un syndicat professionnel ou un emploi de côté. Nous profitons de l’occasion pour vous inviter à ne pas dévier du chemin de l’employabilité et de la nomination des agents selon leur profil, car le contraire effrite l’engagement sacerdotal des agents. »
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment