Statut dérogatoire des médias publics : le gouvernement attendu (toujours) à la table des discussions

Entamé la veille, le sit-in travailleurs des médias publics mobilisés au sein du Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) a pris fin, ce vendredi 21 février 2020. Toujours pas de réaction de la part de l’autorité que les agents invitent à la table des discussions pour finaliser les échanges sur le statut dérogatoire accordé aux médias publics, à savoir la RTB et les éditions Sidwaya.

Empêchés, disent-ils, par « un impressionnant dispositif policier » de tenir le piquet de leur sit-in à l’entrée de la télévision nationale, les agents des médias publics du SYNATIC rassurent pourtant avoir suivi dans les règles de l’art la procédure pour la notification de leur sit-in. « Nous ne comprenons pas cette violation des libertés syndicales », a lancé, interloqué Aboubakar Sanfo, secrétaire général adjoint du SYNATIC.

Aboubakar Sanfo, secrétaire général adjoint du SYNATIC

Présent aux côtés d’autres camarades qui observent depuis la veille un arrêt de travail de 3h (8h-11h), il a regretté qu’une poignée d’agents aient été listés dans la matinée pour avoir accès à la télévision. « C’est regrettable », soupire-t-il, avant de lâcher que le SYNATIC est un syndicat responsable qui n’a jamais eu recours à la violence lors de ses sit-in et grèves.

Selon les travailleurs, la mutation des médias publics en Société d’Etat reste le point majeur de la mise en œuvre du protocole d’accord signé entre le gouvernement et le SYNATIC, le 29 décembre 2016. Et pour eux, il faut bien que les contours du statut dérogatoire, phase transitoire à la mutation des médias publics en Société d’Etat, soient bien définis, après l’adoption du décret en mi-décembre 2019.

Les travailleurs se disent mobilisés et déterminés pour la suite

Le statut n’est pas le seul point de revendication des travailleurs des médias publics. Ces derniers réclament également une dotation conséquente des médias en équipements et moyens adéquats pour mener à bien leurs missions, le versement intégral de la Taxe de soutien au développement des activités audiovisuelles de l’Etat aux médias publics, conformément à la loi sur l’audiovisuel, le respect des libertés syndicales et l’arrêt de la répression et l’intimidation contre les travailleurs des médias publics.

Siriki Dramé, secrétaire général du SYNATIC s’adressant aux travailleurs à la fin du sit-in

« Nous espérons que l’autorité va nous inviter à finaliser les échanges. Si ce n’est pas le cas, nous nous donnons les moyens de développer encore d’autres formes de lutte pour nous faire entendre. Les travailleurs sont déterminés et mobilisés pour la suite », prévient Aboubakar Sanfo qui a laissé entendre que les agents se concerteront pour la suite des événements.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment