Stationnements anarchiques à Ouaga : Des habitants de l’arrondissement 2 remontés contre les propriétaires de camions

A Dapoya, dans l’arrondissement n°2 de Ouagadougou, les lieux de stationnement de certains engins, notamment les camions, provoquent des grincements de dents au sein des riverains. Sur la rue des barrages, juste derrière l’église dudit quartier, plusieurs camions sont garés dans une réserve, à la lisière de la voie, et ce, au grand dam des riverains. Suite à la dénonciation d’un habitant, nous nous sommes rendus sur les lieux ce mercredi 25 août 2021 pour faire le constat.

Pour les habitants de cette partie du quartier Dapoya, ces camions sont installés « anarchiquement » au bord de cette voie causent de sérieuses nuisances pour les habitants de la zone. « Depuis que les camions sont stationnés ici, nous ne sommes plus tranquilles. Le danger rôde toujours à nos portes. Quand on descend du travail, c’est tout un calvaire. Avec la présence des camions, on a toujours du mal à rentrer sereinement chez soi. Pis, les enfants ne peuvent plus sortir jouer devant leurs portes à cause de ces camions. Avec leur bruit, nous avons du mal à gagner le sommeil. J’ai saisi plusieurs fois la mairie de l’arrondissement, rien n’y fit. Même la police municipale a été saisie à ce sujet, aucun résultat. Ils viennent mais rien ne bouge ».

La réserve occupée par les camions et des briquetiers

C’est ainsi que cet habitants exprime son ras-le bol. Il confirme avoir déposé une demande auprès de ladite mairie afin de trouver une solution à cette préoccupation. Un autre riverain de renchérir dans l’anonymat que « Souvent, les freins des véhicules lâchent et c’est la débandage ici. Tout le temps, il y a des pneus qui éclatent, semant la panique ». il ajoute que ce stationnement anarchique cause également de gros problèmes d’hygiène. « Quand Simon Compaoré était maire, il arrivait à y mettre de l’ordre. Mais depuis, son départ, c’est la pagaille », déplore-t-il.

Selon eux, la réserve occupée par ces gros porteurs était un terrain de distraction. « Nous jouions même au ballon là-bas », affirme-t-il encore, déplorant le fait que le lieu devienne de plus en plus une zone d’insécurité. « Si rien n’est fait, nous avons peur que les jeunes du quartier, excédés par ces nuisances, ne viennent à prendre leurs responsabilité », ajoute un autre.

Un mauvais stationnement dénoncé par les riverains

Dans cette ancienne réserve située au bord du barrage de Tanghin, briquetiers et camionneurs continuent de vaquer sereinement à leurs occupations, malgré les mises en garde des riverains.
Stationnés à quelques centimètres de la voie, les camions sont la principale pomme de discorde qui oppose riverains et propriétaires des véhicules. Les briquetiers eux, disent ne pas être au courant du mécontentement des habitants de la zone.

Les propriétaires de camions bottent en touche

Contrairement aux plaignants, ce n’est pas le même son de cloche que donnent ceux qui sont accusés. « Il est vrai que nous sommes mal stationnés. Mais il n’y a jamais eu de dégât ici causé par nos engins », retorque Jovin Marie Justin Zoungrana, responsable des chauffeurs. A l’en croire, une demande a été déposée à la mairie pour l’occupation temporaire de cet espace. Jusque-là, dit-il, la mairie n’a pas encore répondu à cette correspondance transmise il y a maintenant trois ans. « Nous avons même saisi les agents de l’environnement pour leur signifier notre présence parce que nous sommes à côté de l’eau qui est leur domaine », a-t-il poursuivi.

Le responsable des chauffeurs, Jovin Marie Justin Zoungrana demande à la mairie de se saisir du problème

Pour lui, le stationnement dans cette réserve est dû à un manque d’aires de stationnement dans la ville de Ouagadougou. « Il n’y a pas de lieux de stationnement des camions dans la ville », a-t-il déploré, tout en exprimant leur volonté de quitter les lieux au cas où ils auraient trouvé un espace. En attendant, confie-t-il, « nous avons déposé aussi une demande d’aire de stationnement au niveau de l’arrondissement n°4. Si nous obtenons gain de cause, nous allons y aller », promet-il.

Selon certaines informations, la police municipale aurait donné aux chauffeurs la date butoir du premier septembre prochain pour quitter les lieux. Ce que confirment les camionneurs, qui comptent jouer la carte de la négociation.
Nous avons tenté sans succès d’avoir la version de la mairie sur ce litige qui oppose les deux parties. A la mairie de l’arrondissement 2, il nous a été dit que le maire est absent.

Serge Ika Ki (stagiaire)
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment