Stage militaire des énarques : 45 jours en « terrain inconnu » pour 850 élèves

Les élèves de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM) ont embarqué pour leur formation militaire, ce dimanche 9 août 2020. Pendant 45 jours, au camp Ouezzin-Coulibaly de Bobo-Dioulasso, ces élèves vont « côtoyer un terrain inconnu » pour développer leur esprit de patriotisme.

Ils sont méconnaissables de prime à bord. Crâne bien rasé, chacun est muni de son seau d’eau, de sa natte et du « strict minimum » pour embarquer dans le bus. Ils sont au total 850 élèves de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM) à suivre la formation militaire cette année. Ce dimanche 9 août 2020 à Ouagadougou, certains ont embarqué pour le camp Ouezzin-Coulibaly de Bobo-Dioulasso.

Les énarques en train d’échanger avant le départ

C’est un stage militaire de 45 jours à compter du 10 août 2020. Selon Candys Yaro, élève secrétaire de greffe et parquet, « c’est un terrain inconnu » mais elle dit partir avec le moral haut. « Avec les prières des uns et des autres, et surtout le soutien de la famille, je sais que tout va bien se passer », indique-t-elle.

Le moral, « il n’est pas trop bas, pas trop haut » pour Dinalia Bambara, élève greffier. Le stress se lit sur son visage mais cette jeune fille semble déjà savoir ce qu’il l’attend dans la capitale économique. En effet, elle a pris le soin d’approcher ses aînés de la première édition pour avoir des informations utiles et des conseils pratiques sur le terrain. « Ils m’ont dit qu’il faut être fort moralement ; ce n’est pas la force physique, donc je vais essayer d’avoir le moral haut », confie-t-elle.

Dinalia Bambara espère passer avec brio ce stage

« Un changement radical de notre Fonction publique »

Pendant 45 jours, ces élèves vont côtoyer le cadre militaire afin de leur permettre de mieux comprendre ce milieu, explique Ousseni Sawadogo, élève administrateur de travail. « C’est dans le but d’harmoniser le point de vue des travailleurs pour qu’on soit au top pour le travail », a-t-il dit.

Une rapide séance de coiffure avant d’embarquer

Et ce n’est pas le directeur général de l’ENAM, Dr Awalou Ouédraogo, qui dira le contraire : « La meilleure façon de contribuer à un changement radical de notre Fonction publique, c’est d’assurer et s’assurer que les énarques soient formés à la fois sur le cadre du savoir-faire et aussi dans le cadre du respect des valeurs les plus essentielles de notre pays ». Ainsi, l’ENAM veut bien « former pour mieux servir la nation ».

Le directeur général de l’ENAM, Dr Awalou Ouédraogo indique ces élèves seront soumis à d’autres contrôles médicaux à Bobo-Dioulasso

Durant un mois et demi, les élèves vont apprendre entre autres les rudiments du vivre-ensemble, les valeurs de l’être humain, le travail en groupe, la conscientisation par rapport à l’intérêt général. Ils vont aussi apprendre à sauver des vies, manipuler des armes. Toutes les filières enseignées dans cette école sont concernées par ce stage militaire.

Ousseni Sawadogo dit partir avec sérénité

Selon Dr Awalou Ouédraogo, toutes les conditions sont réunies pour faire de cette deuxième édition une réussite, comme la précédente. Contexte sanitaire oblige, deux tests du Covid-19 ont été effectués. « Fort heureusement, sur l’ensemble des élèves qui ont été testés, seul un cas a été détecté à Fada N’Gourma. Ce dernier va être mis de côté », informe-t-il.

Les élèves sur le point d’embarquer

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment