Simon Compaoré humilié à Ouahigouya: La vérité selon Justin Bonkoungou

Ses détracteurs éhontés sont déjà sur leurs basses manoeuvres dans le but de tronquer les faits. En politique, tout est permis. Même tes propres camarades peuvent te tendre des guet-apens pour porter atteinte à ton image et salir ta réputation. Ce qui s’est produit à Ouahigouya ce matin est malheureux et condamnable pour plusieurs raisons :

  • vous ne pouvez pas en tant que militants du parti fouler au pieds les règles de bienséance, parce que pour vous, il n’y a que votre intérêt personnel qui doive prospérer au détriment de celui du parti ;
  • instrumentaliser quelques innocents alimentaires en leurs octroyant quelques billets de banque pour saboter le président du parti lui reprochant d’être la cause de votre départ du gouvernement est un acte irresponsable et irréfléchi à tout point de vue ;
  • monter quelques éléments de votre proche entourage pour boycotter une activité du parti moyennant quelques billets de banque est ridicule au point de vue moral que politique. Personne n’est indispensable dans cette vie. Si vous occupez un poste quelconque aujourd’hui , pensez à votre prédécesseur et à votre successeur pour tenir tranquillement la tête sur les épaules.

Je m’ étrangle de colère quand je pense que des individus aux esprits obtus et fourbes en veulent à Simon Compaoré pour leur déchéance. Ce qui s’est produit à Ouahigouya est l’oeuvre de militants zélés, soudoyés, instrumentalisés, gonflés de leur vide et qui désirent réduire le monde à leur nombril. Si monsieur Simon Compaoré a accepté lui aussi laisser tomber son poste de Ministre d’ État auprès de la Présidence du Faso, c’est qu’il a donné l’exemple du leader qui est attentif au cri de son peuple. On peut ne pas l’aimer. Ça c’est votre droit, mais on ne peut guère le reprocher de ne pas être un bosseur. Est-il acte plus abject, plus ignoble, plus bas, plus détestable, plus odieux, plus lamentable que celui que vous avez posé à l’égard du Président par intérim du MPP ? Vous serez vite rattraper par la loi de l aérodynamique qui stipule que tout acte que vous posez vous retombe inéluctablement dessus. Vous avez cru l’avoir honni avec vos délires indécents, mais n’oubliez pas qu’un homme de la trempe de Simon Compaoré n’a plus que faire de la honte. Pensez-vous que le gardien du cimetière ait encore peur de la clameur des fantômes ? C’est ridicule d’affirmer que le Yatenga a dit non à Simon Compaoré. Le Yatenga se résume t-il à vos malapris dignes de pitoyables talibés à la recherche de pitance ? Simon Compaoré est mieux placé aujourd’hui pour se rendre en évidence que le chef brille par son courage et son endurance. Il brave le danger, affronte les obstacles. Il ne recule jamais devant la peine, l’effort, le sacrifice. Il n’a pas peur.

Les instigateurs de cet ignoble événement dont l’intérêt demeure l’ aiguillon de leurs actions démontrent à souhait leur incapacité à gérer de hautes responsabilités. Un parti politique, c’est aussi la discipline de ses militants. Pour moi, certains premiers responsables du parti dans le Yatenga sont les fautifs de ce boycott et une sanction exemplaire doit leurs être infligée. Il convient d’ailleurs de souligner que le Président du MPP a bel et bien été reçu par le Naaba Kiiba de Ouahigouya qui lui a même fait don de mouton. Comment le Yatenga peut-il le désavouer alors que leur représentant qui est le chef le reçoit dans son palais royal ? Quel mensonge savamment tissé par des névrosés ! La vérité est que c’est à son retour au domicile du défunt Salif DIALLO, que des individus ont été instrumentalisés pour lui empêcher l’entrée. En réalité, ce sont même ces paragons de personnes qui souffrent de courbatures morales. On ne casse pas des pierres avec des oeufs. Vous ne pouvez pas vous mesurer à ce grand homme dont la vie est parsemée de hauts et de bas. La lune quoique ambitieuse ne saurait se mesurer au soleil en matière d’ incandescence.

Pour termier, j’invite les jeunes à faire attention à la manière dont ils traitent les personnes âgées. Chaque jour nous rappelle que nous le deviendrons à notre tour. Ne perdons notre dignité pour des pièces d’argent qu’on nous donne pour saborder l’image de la personne de celui qui peut nous mettre au monde. Aussi, que certains jeunes de Ouahigouya comprennent que le lièvre n’a rien à voir dans une bagarre qui oppose l’éléphant au buffle. Les prochains jours nous diront plus afin que certains éléments incontrôlables et indisciplinés puissent réfléchir sur la vanité de leurs folles ambitions

Justin Bonkoungou sur sa page facebook

netafrique.net

Related posts

Leave a Comment