Sénégal : à moins d’une semaine des élections, les cartes d’électeur posent problème

La distribution des cartes d‘électeur, une épine dans la cheville des autorités sénégalaises. A moins d’une semaine du scrutin, plus de 200 000 électeurs n’ont toujours pas reçu leurs cartes. Si la société civile et l’opposition soupçonnent des calculs politiques, les autorités sénégalaises, elles, évoquent des soucis logistiques.

L‘élection présidentielle au Sénégal est prévue pour le dimanche 24 février. Un rendez-vous que pourraient manquer quelque 213 000 Sénégalais selon le ministère sénégalais de l’Intérieur, en raison notamment de quelques insuffisances dans la distribution des cartes. À en croire Dakar, ces retards sont dus à des questions logistiques dans certaines régions reculées, dont Diourbel, à quelque 150 km de la capitale.

Pour y remédier, les autorités sénégalaises disent avoir renforcé leur stratégie de communication en privilégiant la proximité, avec notamment l’implication des chefs de village et de communauté, les communiqués via les réseaux sociaux, la radio et la télévision en six langues, afin que les électeurs soient informés des centres où se trouvent leurs cartes d‘électeur.

Des efforts que juge insuffisants la société civile, qui soupçonne plutôt les autorités sénégalaises de jouer de calculs politiques. “L’Etat envoie des SMS mais la majorité de la population est analphabète. Il communique sur les réseaux sociaux en oubliant que les villages n’ont pas encore accès à Internet”, fait remarquer l’activiste Abdou Khafor, membre fondateur du collectif de la société civile « Y en a marre » au Monde Afrique. Abdou Khafor a par ailleurs rappelé que la région où se trouve Diourbel est la deuxième plus grande du pays en termes d‘électeurs. Mais surtout, elle est un fief de l’opposition qui pourrait être une “menace à un deuxième mandat de Macky Sall”.

Duplicata

Ces soupçons de manigances politiques sont surtout nés des propos du ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye en février 2018 à la télévision. À l‘époque, le ministre avait déclaré avoir “la ferme intention de travailler pour que le président Macky Sall gagne au premier tour de l’élection présidentielle. Pour cela, d’abord, je ferai inscrire tous ceux qui veulent voter pour Macky Sall. Je m’emploierai à ce qu’ils récupèrent leur carte d’électeur et je les aiderai à aller voter”. Des propos polémiques qui avaient suscité des appels à sa démission.

À quelques jours du scrutin, l’organe responsable des élections rassure les Sénégalais. Pour ceux qui n’arriveraient pas à obtenir leurs cartes d‘électeur, il prévoit la possibilité d’un duplicata réalisé en 72 heures dans dix commissariats de Dakar.

http://fr.africanews.com/

Related posts

Leave a Comment