Semaine nationale de la médecine traditionnelle : Des acteurs plantent utile dans la forêt classée de Kua à Bobo-Dioulasso

Le ministre de la Santé, Pr Charlemagne Ouédraogo, a donné le top départ de la campagne de reboisement, ce lundi 30 août 2021 dans la forêt classée de Kua, dans la commune de Bobo-Dioulasso. A en croire le ministre Ouédraogo, ce sont des milliers de « plants utilitaires » qui seront mis en terre durant cette saison de pluie.

Cette campagne de reboisement rentre dans le cadre de la commémoration de la 9e édition de la Semaine nationale de la médecine traditionnelle au Burkina Faso. A cet effet, plusieurs activités sont inscrites au programme dont cette campagne de reboisement, qui va permettre de mettre en terre des milliers de « plants utilitaires » sur le site de la forêt classée de Kua, non loin du site de construction de l’hôpital de référence de Bobo-Dioulasso. Ces plants vont servir à guérir plusieurs maladies dont celles diarrhéiques, le paludisme et d’autres affections pulmonaires.

Le ministère de la Santé engagé dans la promotion de la médecine traditionnelle

Cette activité a mobilisé l’ensemble des tradi-praticiens, les acteurs du ministère de la Santé et les pouvoirs décentralisés. Le ministre de la Santé, tout en précisant que la plantation d’arbres va se poursuivre jusqu’à la fin de la saison de pluies, a rappelé, une fois de plus, que les plants mis en terre serviront à la médecine traditionnelle, afin de guérir de nombreuses maladies. A en croire Charlemagne Ouédraogo, le choix du site de la forêt classée de Kua n’est pas fortuit.

« Nous avons choisi la forêt de Kua parce que le site est à côté de l’hôpital de référence qui sera construit. La médecine moderne et celle traditionnelle collaborent ensemble pour offrir des soins à la population. C’est pourquoi, nous avons voulu être juste à côté parce que les plants qui vont sortir ici vont servir à la médecine traditionnelle qui aura un bâtiment qui sera construit ici à Bobo-Dioulasso, au sein du futur hôpital », a-t-il expliqué.

Le ministre de la Santé, Charlemagne Ouédraogo

La médecine traditionnelle, une industrie prometteuse

Au cours de la cérémonie de lancement de cette opération de plantation d’arbres, le ministre a rappelé l’importance de la médecine traditionnelle dans la prise en charge de la santé des populations depuis longtemps. Il a loué l’efficacité de cette médecine et a souhaité son renforcement pour atteindre la qualité dans le cadre de la promotion des soins de santé.

Les acteurs de la médecine traditionnelle plantent utile dans la forêt classée de Kua

« La médecine traditionnelle occupe une place de choix dans le système de santé au Burkina Faso et c’est ce qui justifie notre présence à Bobo-Dioulasso, à l’occasion de la semaine consacrée à la médecine traditionnelle et alternative. Sur le plan mondial, nous sommes à la 19e édition et sur le plan national, c’est la 9e édition qui est commémorée cette année. Cela fait donc neuf ans que le Burkina Faso a marqué son engagement et son adhésion dans la promotion de cette médecine traditionnelle », a-t-il laissé entendre.

Christine Kafando, marraine de l’évènement

En effet, la médecine traditionnelle est utilisée depuis des siècles pour améliorer le bien-être des populations, et elle continue de jouer un rôle essentiel dans les soins de santé au Burkina. Elle tire sa quintessence de la riche biodiversité de plantes médicinales que recèle le pays. Elle se présente ainsi comme une industrie prometteuse que les Burkinabè peuvent exploiter plus et exporter à l’international. Eu égard aux potentialités existantes des plantes médicinales et remèdes. Pour la marraine de l’évènement, Christine Kafando, « la médecine traditionnelle est une médecine dont on ne peut pas s’en passer, même s’il y a la médecine moderne », a-t-elle insisté. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment